La mise en place de l’institution nationale des droits de l’homme fait polémique

La mise en place de l’INDH, institution nationale des droits de l’homme est désormais effective. Après plus de trois années de retard, elle a finalement vu le jour. Ce qui est salué par les ONG de défense des droits humains qui la réclamaient à corps et à cris. Parmi les quelles, AFRIDHO de Nouhan TRAORE dont je vous propose de suivre la réaction. « D’un côté avec la mise en place de cette institution répond aux exigences de la communauté internationale et de l’autre à la constitution. Donc c’est une bonne chose »

Cependant, les conditions dans les quelles l’INDH a été installée font débat. Le président du mouvement africain pour la défense des droits de l’homme et de la bonne gouvernance dénonce un certain nombre d’irrégularités. Les quelles, augure Nouhan Traoré sont de nature à affecter la crédibilité de l’institution. « le premier manquement est le fait que les 16 représentants de l’administration auront la voix de chapitre. L’Etat a procédé à un coup de force. Les gens ont été cooptés, sans tenir compte de la compétence. Et malheureusement la cour suprême cautionne en déclarant le texte à lui soumis par le gouvernement conforme à la constitution ».

Les ONG avaient longuement dénoncé le retard dans l’installation de l’INDH. Maintenant que c’est chose faire les mêmes personnes dénoncent des irrégularités.

Oumar Rafiou DIALLO, www.kababachir.com

  1. […] La mise en place de l’institution nationale des droits de l’homme fait polémique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.