Mme Sy à la rencontre économique de Paris : ‘’l’Afrique est la nouvelle destination des investisseurs’’

Les 24 et 25 août dernier, le Medef a organisé une « Rencontre des entrepreneurs francophones », à la veille de la « Rencontre des Entrepreneurs de France » (REF), qui a réuni 27 délégations de 31 nationalités et près de 600 chefs d’entreprises, en présence du président de Madagascar et du Premier ministre de Côte d’Ivoire.

Présente à cette rencontre économique du patronat francophone à Paris, Mme Sy Mariama Diallo, qui a représenté notre pays, en compagnie d’autres entrepreneurs guinéens, a fait le point sur les enjeux de cette rencontre et les grands défis du secteur privé Africain.  

Invitée à RFI dans l’émission ‘’Débat Africain’’ de notre confrère Alain Fokar, l’ancien ministre du Tourisme revient sur le bien fondé de cette rencontre économique de Paris.

’Nous avons eu des discussions et nous partageons certaines contraintes et certains problèmes que nous cherchons à les résoudre ensemble.’’.

Parlant de l’impact économique sur les entreprises Africaines, la PDG du groupe Mondial Tours et ses collègues francophones entendent créer des relations d’affaires avec le MEDEF.

’Nous devons tisser des relations saines entre le MEDEF et les entreprises françaises parce que l’Afrique est la nouvelle destination des investisseurs. Les rencontres servent à ça, et ça ouvre les yeux, ça crée les relations. Et comme vous parlez la même langue, et vous avez plus ou moins la même culture linguistique, ça facilite les choses. », a laissé entendre Mme Sy.

Mais, ajoute la PDG du Groupe Mondial Tours, ‘’ le MEDEF doit être soutenu par le gouvernement français. Si les chinois arrivent à faire autant de business en Afrique, c’est parce que le gouvernement chinois est derrière les entreprises. Ils sont soutenus par le gouvernement chinois. Si le MEDEF a l’ambition de revenir en Afrique, il faut que les entreprises aient des liens assez solides pour pouvoir créer des conditions nécessaires pour la consolidation du secteur privé Africain, qui cherche à se globaliser et à travailler avec le MEDEF.‘’

Et pour cela, poursuit l’ancien Ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l‘Hôtellerie, ‘’Ce que le MEDEF pourrait faire en ce moment, est de savoir quelle mesure on va booster la coopération entre les PME françaises et les PME Africaines. Pourquoi aujourd’hui ce sont les chinois qui viennent impacter nos entreprises ? Le MEDEF aussi doit être soutenu par le gouvernement Français’’

Quant au Président du MEDEF, il exprime toute sa satisfaction et appelle à une synergie d’actions en faveur de la croissance économique des pays francophones.

 « Jamais les secteurs privés de pays francophones ne s’étaient rassemblés avec la volonté de créer ensemble, les outils d’une francophonie des entreprises », a indiqué Geoffroy Roux de Bézieux. Ajoutant que : « Nous sommes ici pour poser la première pierre et à terme, bâtir une véritable communauté économique francophone », a poursuivi le Président du MEDEF.

Après le rapport Attali et le Sommet de Dakar où les chefs d’État et de gouvernement des pays francophones avaient adopté un cadre stratégique pour 2015-2022, c’est donc le secteur privé qui s’attèle à renforcer la francophonie économique.

« Nous avons les papas et les mamans de la francophonie économique, comme vous, Monsieur le président Rajoelina et Monsieur le Premier ministre Patrick Achi », a déclaré de son côté  Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie.

A noter que cette rencontre économique se tient à quelques semaines du prochain Sommet de la francophonie, qui se tiendra les 20 et 21 novembre à Djerba, en Tunisie.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.