Moyenne Guinée : Le RPG arc-en-ciel déjà en campagne ? 

Une forte délégation s’est rendue ce samedi dans la préfecture de Lelouma. Située à plus de soixante kilomètres du chef-lieu de la région. Composée des autorités préfectorales, régionales de Labé, des émissaires du gouvernement et  membres du RPG arc-en-ciel. Objectif de la délégation assister à la finale du tournoi doté du trophée « Albert

Damantang Camara pour la réélection du professeur Alpha Condé en 2015 », mais également rencontré les sages de Lelouma. Pourquoi ? El hadj  Mamadou Cellou Garaya Diallo directeur de la navigation maritime, un des membres de la délégation répond : « Je suis très heureux pour l’accueil que vous nous avez réservé. Aujourd’hui (le 27 septembre) nous sommes à Lelouma, demain, nous serons à Mali. C’est quoi être avec le pouvoir ? La première des choses, c’est de respecter les commis de l’État. Car ce sont eux le Pr. Alpha Condé à la base. Donc il faut être derrière eux et les respecter. Faire tout ce qu’ils vous diront d’appliquer. La deuxième chose, dire au Président que vous êtes ensemble, c’est le jour où il y aura vote que vous allez le montrer que vous êtes avec lui. Si son candidat arrive à avoir beaucoup de voix, cela voudrait dire que Lelouma est avec lui».

Poursuivant son intervention, il affirme : « Là où je suis, mon adjoint est votre fils. Nous les Peuls, nous sommes nombreux dans l’administration, il nous a pris pour voir si vous nos parents, vous allez rester derrière nous pour le soutenir ».

De son avis : « S’il y a élection ou autre chose, que le président demande que tout le monde soit avec lui. Sinon, il va nommer les fils des zones qui vont le soutenir. Si nous avons beaucoup de fils du Foutah nommé à des postes, nous pouvons nous donner les mains pour développer chez nous. Si vous les sages vous ne montrez pas au président que nous vous êtes  avec lui, il (le président) ne va pas nous (les cadres peuls)  nommer».

Au finish, en dépit de la violation flagrante de la loi qui stipule que les cadres de l’administration doivent respecter et observer la neutralité, il demande : « Il faut que nous restions derrière le président de la République. Voter pour lui, respecter les lois et ses commis à la base. Si nous faisons cela et que j’arrive à lui transmettre ce que j’ai vu à Lelouma , je jure, il agira ».

En accueillant les commis de l’État, El hadj Amadou Nieniewi Diallo chef du quartier de la commune urbaine a fait savoir : « Nous avions hâte de vous voir, vous tous à Lelouma. Ça nous a réjouis de plus ».

En outre, il a invité les émissaires du gouvernement de transmettre un message d’union au président. Un appel certes qui aurait frustré d’autres : « Nous vous demandons à votre retour chez le président qu’il nous aide à maintenir l’union dans notre pays. Dieu ne va pas demander à une personne avant de donner le pouvoir à une autre. S’il le donne à quelqu’un, soutenons-le ».

Prenant la parole, le gouverneur de la région administrative de Labé Sadou Keita a rappelé : « Si Lelouma reste derrière quelqu’un qui a des moyens. En ce temps Lelouma est en train d’aider ceux qui ont des moyens à avancer. Aujourd’hui, nous ne parlons pas pour chercher le pouvoir, nous l’avons. C’est ne pas comme quelqu’un qui fait de la campagne. Si tu votes pour moi, je veux t’offrir ça ou ça. Nous vous demandons humblement (…) de nous aider pour qu’on puisse maintenant honorer le président ».

Selon le gouverneur : « On ne peut pas attendre deux mandats sans qu’on est  rien chez nous. Si aussi nous connaissons ce qui va venir après les deux mandats d’accord, mais ça aussi, c’est une incertitude est-ce que c’est notre personne (NDLR : un Peul). Rires dans la salle. Si c’est ne pas la nôtre et que ça trouve c’est une personne d’un autre coin du pays, on va toujours attendre jusqu’à ce qu’un peul vienne? Nous, on va toujours attendre Koudé. Nous sommes vos fils aidez-nous maintenant ».

Avant d’ironiser, certes une attitude qui ne sera pas sans conséquence dans les prochains jours : « Mon ami aussi, si son tour arrive, nous allons tous nous lever pour le soutenir. Mais moi partout où Dieu n’existe pas, je ne serais pas là-bas. Je jure quel que soit le degré de nos relations, si Dieu ne te choisit pas, je ne serai pas avec toi.».

À noter que cette même délégation était attendue ce dimanche à Mali Yembering pour dit-on montrer aux sages et aux populations que les fils du Foutah sont nommés par le président de la République.

Si cette démarche arrivait à aboutir l’UFDG aura du pain sur la planche. Mais en attendant dossier à suivre.

Sally Bilaly Sow envoyé spécial de kabanews à Lelouma

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.