« Je n’accepterais pas que quelqu’un m’arrête…» disait Toumba Diakité il y a 2 ans

« Je ne vais pas accepter que quelqu’un m’arrête. Même si c’est un camion (de militaires, Ndlr) qui vient, je n’accepterais pas que quelqu’un m’arrête et me remette à mes ennemis. Je ne l’accepterais pas. Si l’on se hasarde à le faire c’est une autre histoire qui sera tracée encore ».

Ce sont là des propos de Toumba Diakité en 2014 au cours d’une interview avec des confrères de RFI, alors qu’il était en cavale il y a 7 ans maintenant.

Arrêté le weekend dernier à Dakar avec une autre identité (Abdoubacar Barry Ndlr), Aboubacar Toumba Diakité, est actuellement dans les mains des services de sécurité sénégalais.

La Guinée demande son extradition à Conakry pour la tenue d’un procès, où l’ex-aide de camp de Dadis, et plusieurs autres officiers de l’armée guinéenne, dont l’ex-Chef de la junte, doivent répondre de leurs actes sur les exactions commisses au cours d’un rassemblement d’opposants le 28 septembre 2009 au stade du même nom.

Ce jour-là, rappelle-t-on, au moins 157 civils avaient été tués par des éléments de la garde présidentielle et des agents de sécurité, une dizaine de femmes violées et plus d’un millier de blessés.

Déjà, les défenseurs des droits de l’homme et les familles des victimes, qui réclament justice, se sont réjouis de l’arrestation de Toumba Diakité, l’ex-aide de camp de Dadis qui avait tiré sur lui, le 03 décembre 2009.

 

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.