NÉGOCIATIONS SOCIALES : Ces 2 arguments ridicules du gouvernement !

Dans sa défense face aux revendications des syndicalistes, le gouvernement guinéen ne recourt pas qu’à la nécessité de la conclusion de la revue du programme avec le FMI. Alternativement, il met aussi en avant deux autres arguments. Il s’agit de celui tout d’abord du peu d’impact de la baisse du prix du carburant sur les conditions de vie des populations. Ensuite, on a celui sur la contrebande que la baisse du prix du carburant entrainerait. Deux arguments totalement ridicules.

Les deux sont d’autant plus ridicules qu’ils sont l’incarnation d’un aveu d’impuissance. En effet, comment un gouvernement responsable peut-il reprocher à un syndicat de n’avoir pas honoré ses engagements en termes de réduction des frais de transport ? Dans un pays normal, les autorités se seraient gênées de fournir une telle excuse. On comprend bien que Damantang Albert Camara et les autres veillent décrédibiliser les syndicalistes. Mais là, ils ne font valoir aucune inspiration. D’autant qu’au passage, ils révèlent l’opportunisme de leur stratégie. Autrement, ne leur revenait-il de dénoncer cet état de fait au moment où il a été constaté ? Mais une telle interrogation reviendrait à leur concéder le moindre souci sincère pour la population. Or, il n’en est absolument pas question.

Il est question du même reproche au sujet du second argument. Là aussi, en effet, le gouvernement dit que la baisse du prix du carburant entrainerait la contrebande des produits pétroliers vers les pays limitrophes où ils se vendent plus chers. On évoque notamment le Sénégal, le Mali et la Côte d’Ivoire. Mais ne devrait-on pas lui demander ce que font les services de sécurité à ces frontières ? En cette occasion, ne nous révèle-t-on pas que les terroristes peuvent envahir le pays quand ils en auront envie. Par ailleurs, ce même gouvernement se montre silencieux au sujet de la contrebande qui se passe actuellement entre les frontières de la Guinée avec respectivement la Sierra Léone et le Libéria. Ces deux pays s’en plaignent-ils ? N’est-ce pas que là une concurrence déloyale contre les importateurs guinéens de pétrole ?

Il est vrai que les gens sont désemparés. Mais ce n’est certainement pas une excuse pour raconter du n’importe quoi à la population, en s’imaginant qu’il ne s’agit que de moutons incapables de réfléchir.

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.