Noel et Saint Sylvestre : au rythme de la précarité !

Les fêtes de fin d’année s’annoncent dans la plus grande précarité financière pour les uns. Qu’on soit du même bord religieux ou pas, tout le monde ou presque chantent le même chœur : « On ferra où le 31 décembre ? » ; « Et le 24 ? », etc. Tout le monde vit au rythme de Noel et de la Saint Silvestre. Qu’on soit Thierno, Guillaume ou El hadj !

On se prépare selon les moyens du bord. On s’endette par-ci et par-là afin de bien passer ces fêtes de fin d’année qui soûlent désormais adolescents, jeunes, vieux, jeunes premiers et tout-petits. Au niveau des achats, les femmes sont les plus intéressées. Des mèches à des prix coûtants. Des habits à des prix coûtants. Des sacs et autres accessoires, à crédits. Les prix sur les marchés sont hors de portée.

Des pères de familles ne savent plus où donner la tête. A quel boutiquier se fier. La galère et les autres charges atomisent plus d’un. « Par la grâce de Dieu je m’en sors avec mes quatre enfants », s’est notamment réjouit D. Dopavogui, des colis en mains et le sourire en coin, au sortir d’une boutique de jouets, à la Minière. Ce sentiment n’est, pour autant pas partagé partout.

Du moins, avec Christian, un quarantenaire, les soucis sont énormes, à quelques jours seulement de Noel : « Trop de dettes et tout n’est pas obtenus ! ». Pas trop de choix, ajoute-t-il en s’éloignant au niveau du car-plaque de Hamdallaye CBG. Par contre, de l’autre côté, ceux et celles qui sont peu concernés par ces fêtes chrétiennes ont fini de faire des emplettes.

Même en période de vaches maigres. Des tontons au scrupule douteux ont émis des chèques, promis ou achetés tout. En contrepartie, une possible retrouvaille à Conakry ou dans les périphéries. Avec, bien entendu de gros risque de duperie. Au soir même de Noel et/ou de la Saint Sylvestre. On aura acheté la peau de l’ours sans qu’il ne soit abattu.

En réalité, 24 et 31 décembre sont aussi des occasions pour les canailles de tromper les tocards. On appelle cela dans le langage commun : plaquer. En attendant, on affiche sourire jaune et se présente comme le chantre même de la fidélité. Comme quoi, la précarité, c’est chez les autres.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.