Nouvel An : 120 prisonniers graciés par le président Alpha Condé

À l’occasion du nouvel An, le président de la République Alpha Condé a gracié 120 prisonniers. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour les organisations de défense des droits de l’homme même si aucun prisonnier politique n’y figure parmi les graciés qui étaient condamnés pour de délits de droit commun (escroquerie, abus de confiance, vols, etc.).

Sur le choix des bénéficiaires, une procédure de filtrage est passée d’abord par l’administration pénitentiaire puis par le cabinet du ministère de la Justice avant d’arriver au niveau du président de la République qui a un pouvoir discrétionnaire. Le chef de l’État peut ainsi, avec le respect de la procédure, gracier qui il veut.

Le président de l’Organisation guinéenne de défense de droits de l’homme et du citoyen (OGDH) Abdoul Gadiri Diallo a précisé qu’il y a des grâces pouvant se faire pour des personnes dont la remise de peine ne va pas avoir d’incidence sur leur comportement, mais aussi celles qui ont fait preuve de repentir à travers leurs comportements. « Eux aussi peuvent bénéficier de cette grâce », a-t-il martelé.

Toutefois, les criminels endurcis susceptibles d’être nuisibles pour la société lorsqu’ils sont remis en liberté ne doivent pas bénéficier de cette mesure. Mais certains espéraient que des prisonniers politiques soient parmi les prisonniers qui retrouveraient la liberté avec la nouvelle année qui commence.

Fatou Badjar et Alpha Oumar Diallo « AOB », tous deux condamnés dans le procès sur l’attaque contre la résidence privée du président Alpha Condé le 19 juillet 2011, restent en prison. Leur avocat, Me Alseny Aissata Diallo, se dit « étonné de ne pas retrouver leurs noms sur la liste des graciés », demandant au chef de l’exécutif guinéen à de penser à leur cas.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.