Opposition républicaine : a-t-on pu gérer « l’attitude émotionnelle » des femmes?

En allant rencontrer Kassory Fofana sans consultation préalable de l’opposition républicaine, les femmes de cette entité se sont faites tirer les oreilles.

« Le vice-président Fodé Oussou et moi-même tenons à rappeler que l’opposition républicaine est régie par des règles strictes, et qu’il faut un mandat de l’ensemble de ses membres pour prétendre rencontrer un membre du gouvernement, y compris le premier d’entres eux ! », a noté dans la presse locale, Ahmed Kourouma, le vice-président du parti GRUP, membre de l’opposition républicaine.

Très vite, mesurant de la rigidité de sa sortie, il s’est vite ressaisi : «Elles n’ont pas eu mandat de l’opposition républicaine. Ce ne sont pas l’ensemble des femmes de de l’opposition républicaine, qui sont parties rencontrées le Premier ministre. C’est à l’initiative de madame la vice-présidente de l’UFDG, qui n’avait pas le mandat de l’opposition républicaine. C’est une attitude émotionnelle, elles ont leurs enfants qui meurent malheureusement dans la rue. Donc, elles ont pris cette initiative. Mais les conditions ne sont pas réunies pour un dialogue avec l’Etat. Mais, nous la comprenons. On n’a pas à les interpeller, elles ont l’émotion de leurs enfants. Elles ne sont pas à condamner. » Aux dernières nouvelles, certains responsables du comité des femmes ont été interpelées sur la rencontre non autorisée. Les mésententes seraient aplanies.

En réalité, l’opposition républicaine ne veut plus rencontrer le gouvernement encore moins le Premier ministre, pour discuter de quoi que ce soit, en attendant de respecter à la lettre les accords déjà signés.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.