Opposition républicaine : L’UFDG réagit au départ de Jean Marc Téliano

« Nous prenons acte en respectant la décision que M. Téliano vient de prendre et nous regrettons qu’il se retire à un moment où le combat pour une alternance démocratique est en train de prendre une autre dimension. Nous espérons quand même pouvoir compter sur lui partout où il sera pour mener ce combat et renforcer son engagement pour que cette alternance démocratique arrive. ».

C’est par des mots que l’UFDG de Cellou Dalein Diallo a réagit au départ de Jean  Téliano du RDIG qui quitte le navire de l’opposition républicaine.

Pour Ousmane Gaoaul Diallo, responsable de la Commission de l’UFDG, qui s’exprimait ce matin dans l’émission les « les Grandes Gueules », « La question pour nous n’est pas dire qu’il a quitté l’UFDG, il a quitté l’opposition républicaine, la question, nous espérons qu’il garde sa conviction, qu’il garde  sa volonté à contribuer à l’alternance démocratique. C’est ce qui est plus important. », estime le député du Groupe parlementaire Les libéraux Démocrates

Ousmane Gaoaul rappelle par ailleurs que« La Guinée est aujourd’hui en face de velléités assez forte de déstabilisation de ses institutions. Nous, nous concentrons nos efforts sur ça pour faire en sorte que l’encrage démocratique qui est en train d’être effectué soit renforcé et préservée les lois et les institutions de notre pays.»

S’agissant de la question de l’indemnisation des victimes des manifestants politiques, un des points sur lesquels, Jean marc Téliano s’est appuyé pour justifier son départ, de l’opposition, Ousmane Gaoual recadre le débat :

« A l’occasion des manifestations, il n’ya pas que des militants. Il y a des sympathisants, il y a quelques citoyens. Donc l’UFDG ne rédige pas une liste exclusive Toutes les victimes peuvent aller se plaindre. Je rappelle que le GOHA est en train de centraliser la liste des victimes. Si M. Téliano a des victimes, qui avaient été oubliées, la commission qui s’occupe de ça est logée au ministère de l’administration du territoire. Il peut tout simplement envoyer la liste des ces victime et les documents qui sont demandés. », a-t-il suggéré.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.