Oussou Fofana, le nouvel otage d’Alpha Condé !

Jusqu’où ira Alpha Condé avec ses opposants qui sont loin d’abdiquer, en dépit des gros ennuis dressés à leur encontre ? Cette question est largement partagée par bien des démocrates y compris certains cadres du RPG qui sont loin de partager le même idéal, celui qui consiste à anéantir à tous prix des opposants.

Aujourd’hui en tout cas, avec le cas Fodé Oussou Fofana, devenu le nouvel otage d’Alpha Condé, il y a bien à se demander si ce fameux 3è mandat ne vise pas tout simplement à éteindre des inoxydables, des durs à cuire, à l’image de cette kyrielle composant la principale formation politique d’opposition que gère avec autant de responsabilité que d’envie, Dalein Diallo.

Cette autre mesure liberticide du régime qui s’autocratise intervient au moment même où tous les regards sont tournés vers la Guinée quant à sa violation répétitive des droits de l’homme et des libertés fondamentales des acteurs de la société civile et ceux de l’opposition politique. Dalein est pour sa part fou furieux : « Dr Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’UFDG a été, lui aussi, empêché aujourd’hui de sortir du territoire alors qu’aucune notification préalable de cette interdiction ne lui avait été faite. Dr Fodé Oussou avait un rendez-vous médical le lundi 17/05/2021 à Paris. C’est son dossier médical qui lui a valu l’autorisation exceptionnelle d’entrée en France qui lui a été délivrée par le Ministère français de l’intérieur. Je condamne énergiquement ces violations récurrentes des droits et libertés des cadres de l’UFDG et exprime ma solidarité et mon soutien à Dr Fodé Oussou Fofana, victime des abus de pouvoir dont Alpha Condé est devenu coutumier, notamment à l’endroit de responsables de l’UFDG, de l’ANAD et du FNDC. »

L’intéressé quant à lui déclare dans la presse locale : « Quand j’ai informé mon médecin, il était complètement scandalisé, parce qu’il  a fourni beaucoup d’efforts pour prouver que ma vie est en danger et que si je ne venais pas à Paris, ce n’était pas bon. Le document que j’ai eu est un document officiel. Aujourd’hui, la France ne  donne ce document que lorsque la vie de la personne est en danger. Je suis complément déçu. » Avant de s’interroger : « Je me pose des questions à savoir: on est dans quoi? Que se passe-t-il? Parce que ce qu’on m’a fait, même à  son pire ennemi, on ne peut pas lui faire.  J’ai montré toutes les preuves qui prouvent que ma vie est en danger parce que les yeux, c’est l’organe le plus précieux chez un être humain. Qu’est-ce que j’ai fait pour qu’on m’empêche de sortir du pays pour aller me soigner. Qu’est-ce que j’ai fait dans ce pays pour mériter ça. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.