Oussou Fofana retrouve la magie de la parole !

« Comme pour dire que dans la vie, il faut être quelqu’un de fidèle, avoir une conviction parce qu’en matière politique la plus grosse erreur c’est de ne pas être fidèle, changer de camp. Moi je suis heureux : hier j’étais UFDG, aujourd’hui je suis UFDG ».

L’occasion fait le larron, dit-on ! En s’adressant aux militants de l’UFDG, à sa descente d’avion, ces dernières 72 heures, Fodé Oussou Fofana a tenu à (re) mettre tout le monde d’accord, lui qui avait donné sa langue au chat, à telle enseigne que certains y voyaient une sorte de compromission ourdie contre Dalein Diallo. Fodé Oussou Fofana bouillant communicant et grand provocateur parlait peu sinon pas du tout en public.

Outre sa réaction suite au refus d’Alpha Condé de le laisser respecter un rendez-vous médical en France, les dernières sorties médiatiques de ce responsable de l’UFDG remontaient au lendemain de l’élection présidentielle d’octobre dernier. Alors que l’UFDG est « fragilisée » par l’emprisonnement d’Ousmane Gaoual, Chérif Bah, Cellou Baldé, son silence, ainsi que celui d’autres hauts responsables du parti agaçaient certains militants, qui ne contiennent plus leur mécontentement. Ibrahima Sory Camara de Dabondy, via médias interposés s’en était vivement pris au 1er vice-président de l’UFDG.

Le Docteur Alpha Amadou Diallo était venu à la rescousse pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être : « Mon frère et ami Dr. Fodé Oussou Fofana est le premier vice-président de L’UFDG. A ce titre, il n’est pas le porte-parole du parti. Une fois que le président Cellou Dalein s’exprime sur un sujet, il n’aura plus à revenir dessus. On n’est plus en campagne électorale.
Aujourd’hui, on est en phase de revendiquer notre victoire à la présidentielle. Cela n’incombe pas à l’UFDG seulement, dès lors que cette démarche appartient à l’ANAD. Cette entité a un porte-parole. »

Peu suffisant pour convaincre. Car, même lorsque Cellou Dalein Diallo a été bloqué à l’aéroport, Dr Oussou, n’a pas pipé mot alors que jadis, lorsqu’il y a des incidents similaires, il saisissait la balle au rebond pour s’épancher à souhait. Fodé Oussou et Kalémodou Yansané avaient été chopés le 26 octobre 2020 et conduits nuitamment manu militari dans un lieu inconnu, ils ont été relaxés quelques heures plus tard, après moult tractations. Depuis cette brève interpellation, c’est le silence radio.

Il aura fallu la cérémonie sobre de présentation de vœux de nouvel an chez Dalein, à la cérémonie de la levée du corps de feu Roger Bamba, à la morgue d’Ignace Deen pour revoir et entendre Fodé Oussou, le reste ?
Bouche cousue. Si donc Fodé Oussou Fofana retrouve la magie de la parole, c’est tant mieux. En tout cas, il rappelle à qui veut l’entendre : « Moi je suis heureux : hier j’étais UFDG, aujourd’hui je suis UFDG »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.