Partenariat pour améliorer la santé en Afrique


Une plus grande participation du secteur privé est nécessaire pour soutenir les efforts des gouvernements en matière de santé.

Tunis (dpa) – Un partenariat pour améliorer la santé en Afrique a été scellé entre la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et la Coalition des entreprises africaines pour la santé (ABCHealth). Ce partenariat porte sur le développement de deux initiatives clés, à savoir : la deuxième édition du rapport sur « les soins de santé et la croissance économique en Afrique » (HEGA 2) et l’Initiative pharmaceutique ancrée dans la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui sera déployée en Afrique de l’Ouest. Les deux initiatives seront exécutées conjointement, a annoncé la CEA.

Le rapport HEGA 2 vise à tirer parti de l’innovation et à étendre l’accent sur la construction, en Afrique, de systèmes de santé nationaux résilients à l’ère post-Covid-19, a-t-on indiqué. À cet égard, il proposera des solutions politiques solides fondées sur des preuves afin de renforcer et construire des infrastructures de santé et de soins de santé résilientes sur le continent, a-t-on précisé.

Le rapport « HEGA 1 » a été lancé en février 2019 en marge du 32ème Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, a-t-on rappelé. Il a examiné les défis de la santé en Afrique et mis en évidence les opportunités pour le secteur privé. Par ailleurs, l’Initiative pharmaceutique ancrée dans la ZLECAf, en Afrique de l’Ouest, est le plan pour la production locale de médicaments et d’équipements médicaux. Elle se concentre sur le renforcement, dans la sous-région, de l’offre du secteur de la santé, en mobilisant des investissements et des capitaux visant à développer la production nationale selon les normes et la qualité acceptées à l’échelle internationale.

L’Initiative « représente des opportunités lucratives d’investissement et d’innovation du secteur privé qui changeront des vies, réduiront la pauvreté et contribueront au développement économique inclusif et durable de l’Afrique », a-t-on souligné. Pour la CEA, une plus grande participation du secteur privé est nécessaire pour soutenir les efforts des gouvernements en matière de santé.

Avant la pandémie de Covid-19, les opportunités commerciales dans le secteur de la santé et du bien-être en Afrique étaient estimées à 259 milliards de dollars d’ici 2030, avec le potentiel de créer 16 millions d’emplois, selon Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la CEA. L’industrie pharmaceutique à elle seule était estimée à 60 milliards de dollars en 2020 et continue de croître.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.