Pharmacie: Le Burkina se lance dans la production de médicaments génériques

La nouvelle infrastructure vise à mettre à la disposition de la population des médicaments à bas prix. Selon l’OMS, 95 pour cent de tous les médicaments utilisés en Afrique sont importés.

Le Burkina Faso a inauguré dans la localité de Googho (Centre) une unité pharmaceutique spécialisée dans la production de médicaments génériques, la toute première du genre dans ce pays sahélien. D’un coût de 15 milliards de francs CFA (plus de 22,8 millions d’euros), cette unité dénommée Société de production pharmaceutique (Propharm) est un investissement du secteur privé. La société, érigée sur une superficie de 1,5 hectare, produira, dans une première phase, trois molécules.

« La première est le paracétamol 500 mg, la deuxième c’est du phloroglucinol qui est un antispasmodique utilisé dans les douleurs d’origine spasmodique chez les femmes et enfin le kit Sro/Zinc de traitement de la diarrhée », a fait savoir Areme Coéfé, directeur général de la société. « Au départ, ce sont ces trois molécules qu’on va produire, mais cette liste n’est pas exhaustive. Au fur et à mesure, nous allons mettre sur place, la production de médicaments pour la prise en charge du paludisme », a-t-il expliqué.

« C’est une usine importante, dans la mesure où elle va contribuer à mettre à la disposition de nos populations, des médicaments à moindre coût, a indiqué, pour sa part, le premier ministre burkinabè, Albert Ouédraogo. « Elle va également assurer une disponibilité permanente de ces médicaments qui sont les produits les plus demandés dans les formations sanitaires », a-t-il affirmé. En Afrique, environ 95 pour cent de tous les médicaments utilisés sont importés et le continent ne représente que 3 pour cent de la production mondiale de médicaments, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.