Pita : a-t-on assisté à un crime rituel ?

Dans la sous-préfecture de Ninguelandé , un responsable religieux accusé d’être à la base de la mort d’un enfant de quatre ans a été mis aux arrêts par les services de sécurité. L’imam Thierno Moussa est accusé d’enlever certaines parties intimes du corps de l’enfant.

L’acte s’est produit à Ansoumania , district de Demou Koulouma , sous préfecture de Sangareyah à 165 kilomètres de la préfecture de Pita. Thierno Moussa , le notable présumé coupable de la mort de l’enfant la semaine dernière a été mis aux arrêts avec la grand-mère du défunt.

Selon les informations rapportées par un confrère basé dans la préfecture , le corps a été retrouvé aux abords d’une rivière sitôt l’imam Thierno Moussa ordonna son entièrement précipité sans qu’aucune autorité du district ou de la sous-préfecture ne soit informée.

Pendant le lavage du corps, un des notables constata l’absence de l’appareil génital de l’enfant et décida d’arrêter. Alertées , les autorités locales ont informé les services de sécurité qui mis aux arrêts l’imam , la grand-mère et celui qui a découvert l’absence de l’organe génital.

Sally Bilaly Sow , correspondant kabanews à Labé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.