Présidence tournante de l’UA: Ce que les guinéens ont bénéficié du mandat d’Alpha Condé

En janvier 2017, Alpha Condé s’est succédé au Tchadien,  Idriss Déby, à la tête de l’Union Africaine, pour la présidence tournante.

Alors que le mandat d’Alpha Condé à la tête de l’UA s’achève dans deux mois (décembre), de nombreux observateurs s’interrogent sur ce que les guinéens ont tiré réellement de cette présidente tournante.

S’exprimant dans les colonnes de Jeune Afrique, Alpha Condé,  tente d’apporter une réponse à cette question :

« Sur le plan symbolique, cela aura été une sorte de retour aux sources. Souvenez-vous du rôle majeur que la Guinée de Sékou Touré a joué dans la libération du continent. Le MPLA [Mouvement populaire de libération de l’Angola] a été fondé en partie à Conakry avec Mário de Andrade. Des cadres de l’ANC, dont Nelson Mandela et Thabo Mbeki, ont suivi une formation militaire à Kindia. Et la Guinée a été l’un des principaux artisans de la création de l’OUA [Organisation de l’unité africaine], à qui elle a donné son premier secrétaire général, Diallo Telli.

Les mots d’ordre de l’époque, unité et souveraineté africaines, sont plus que jamais d’actualité : ce n’est pas un hasard s’il m’est revenu de les réaffirmer cette année à la face du monde. Pour les Guinéens, cette présidence en exercice est un motif de fierté et la preuve que leur pays est désormais incontournable sur la scène panafricaine. », rappelle le numéro un guinéen.

Réagissant à cette sortie médiatique, Ousmane Gaoual Diallo contredit le président Alpha Condé.

Pour le député uninominal de Gaoual, la  Guinée n’a jamais quitté la scène internationale :

« C’est avec beaucoup d’étonnement que j’ai lu une sortie du chef d’Etat dans Jeune Afrique, essayant dans un premier temps de justifier ses voyages en disant que c’est grâce à lui que la Guinée est sur la scène internationale. Il faut rappeler que la Guinée n’a jamais quitté la scène internationale et que sous la présidence de Lansana Conté la Guinée a assuré la présidence du conseil de sécurité des Nations unies. Donc, on n’a jamais quitté la scène internationale. », déplore le bouillant député de l’opposition.

Alexis Lamah, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.