Prisonniers politiques : une surenchère qui ne fait pas recette !

Il est vrai que Kassory et Cie sont privés de liberté. Il est vrai qu’ils ont constitué à un moment donné un véritable danger pour la stabilité du pays. Il est aussi vrai qu’ils ont géré les fonds publics sous Alpha Condé, avec autant d’arrogance que de zèle. Aujourd’hui, ils font face à des ennuis judiciaires sans précédents. D’où leur privation de liberté. C’est pourquoi, la surenchère politique du RPG ne semble pas faire recette.

En effet, selon des cadres de l’ex parti présidentiel, l’emprisonnement de Kassory et Cie n’est autre qu’en statut de prisonniers politiques. Faux, a vite répliqué Faya Millimono : « Je ne crois pas qu’il y ait des prisonniers politiques aujourd’hui. À moins que vous n’ayez l’argument nécessaire de convaincre les Guinéens qui nous suivent, qui nous écoutent pour dire que tel ou tel monsieur en prison est un prisonnier politique. Parce qu’aucun d’eux n’est accusé avoir participé à une manifestation. » A sa suite, c’est Jean-Marc Telliano, allié du RPG qui tranche dans le vif : « S’ils ne sont pas des prisonniers politiques, ce sont des politiques en prison. Si nous voulons l’apaisement, il faut remettre balle à terre. A mon avis, il faut les placer sous contrôle judiciaire une fois qu’ils sont inculpés. »

C’est dire que le statut de prisonniers politiques que les uns et les autres veulent attribuer aux dignitaires de l’ancien régime ne fait pas recette.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.