Procès affaire 28 septembre : ce qui attend les présumés coupables

Il pourrait s’ouvrir au mois prochain à Conakry ou en province, le procès des présumés coupables de viol et de massacres lors de la mobilisation d’opposants au stade du 28 septembre. Déjà, le Garde des Sceaux affiche les couleurs et dit ce qui attend les inculpés du crime encore en activité ou éloignés de la patrie pour des raisons non encore élucidées.

Selon Me Cheick Sakho, avant le procès, ceux qui sont en fonction, bien sûr, ils vont quitter leur fonction pour être jugé. Et d’ajouter sur Africa Guinée : « En matière criminelle, soit on se constitue prisonnier, dans les cours d’assises c’est une obligation, soit on peut atténuer en n’exerçant aucune fonction étatique publique avant le procès. Le délai sera fixé en respectant le code de procédure pénale.

S’agissant toujours du cas de ces cadres en activité tels que Tiégboro, Mathurin, le ministre de la Justice estime que c’est un acte de souveraineté. « Quand le Président de la République prend un acte, il ne m’appartient pas en tant que ministre de le juger. C’est pourquoi je ne me suis pas prononcé sur le fait que certaines personnes inculpées soient en fonction ou aient un lien avec l’Etat. En revanche avant le procès, ceux qui sont en fonction, bien sûr ils vont quitter leur fonction», déclare le Garde des Sceaux.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.