Procès des enseignants du SLECG : Le verdict renvoyé au 23 janvier

Les enseignants grévistes vont encore rester en prison. Ainsi en a décidé le tribunal de Mafanco ce mardi 21 janvier, date à laquelle le verdict était attendu.

Raison évoquée, la manifestation du FNDC est passée par là, parce que, justifie-t-on, « les enseignants n’ont pas été extraits de la maison centrale de Coronthie ce mardi ». Les agents de sécurité ont été déployés sur le terrain pour la sécurité publique

Une situation que déplore l’avocat des prévenus :

« Vous avez constaté que le procureur, le président du tribunal et les avocats sont tous en place. Mais la sécurité qui doit extraire nos clients de la maison d’arrêt au palais de justice est bien déployée ailleurs pour des questions de sécurité publique», déplore Me Salifou Béavogui.

Raison de sécurité publique ou choix stratégique pour désamorcer la crise syndicale ?

Difficile d’expliquer à ce stade quant on sait que la coïncidence entre la grève du SLECG et la manifestation du FNDC suscite aujourd’hui des interrogations.

Il reste à voir si ce report est un motif pour négocier afin d’obtenir des syndicalistes la suspension de al grève conditionnant la libération des enseignants du SLECG.

Affaire à suivre….

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.