Procès du journaliste Kalla: La défense dénonce un ‘’procès d’intention’’


Poursuivis pour diffamation par voie de presse dans une affaire de détournement de 11 milliards de francs guinéens, impliquant le ministre Secrétaire Général à la Présidence, Kiridi Bangoura, le journaliste Almamy Kalla Conté, administrateur du site Guineelive.com, était à la barre ce lundi 11 mars au tribunal correctionnel de Mafanco.

A l’entame du procès, le prévenu est  tout d’abord revenu sur les faits qui lui sont reprochés, avant de rejeter les accusations portées contre lui :

« J’ai fait le compte rendu de la conférence de presse. J’ai rapporté ce qui a été dit au cours de cette conférence. Ce n’est pas le résultat d’une enquête que j’ai faite. Donc, nulle part, je n’ai fait mention que Kiridi a détourné ce montant. Je n’ai fait que rapporter les propos des journalistes qui ont posé des questions au cours de cette conférence », s’est défendu le journaliste. Avant d’ajouter : «  je n’ai fais que relater les faits de cette conférence », a insisté notre confrère.

Mais pour les avocats de la partie civile, le titre de l’article dont il est question est évocateur. De ce fait, le journaliste a utilisé une figure de style pour parler de détournement incriminant Kiridi Bangoura.

« Lorsqu’il dit qu’une affaire de 11 milliards colle à la peau du ministre Kiridi, cela veut dire quoi ? », s’interroge Me Maitre Ousmane Simakan.

Alors que l’article en question a été publié après la conférence de presse de la ministre de l’Agriculture, dont la question de détournement d’un montant de 11 milliards avait été évoquée au cours des débats, les avocats de la défense parlent plutôt d’un procès d’intention.  

« C’est un dossier d’intention, monté de toutes pièces. Il n’est pas l’auteur de l’information portant sur les 11 milliards. C’est un procès d’intention, un procès déguisé. En réalité, son principal adversaire dans cette affaire, c’est Cheik Tidiane Diallo. », regrette Me Salifou Béavogui.

Résultat de recherche d'images pour "proces kalla conte"

Pour cet avocat de la Défense, « Un procès contre un journaliste, c’est vraiment une atteinte à la démocratie ». C’est pourquoi, s’indigne l’avocat, « Je suis amertumé, j’ai le cœur très serré qu’il se retrouve à la barre pour des faits dont-il ne s’est pas rendu coupable. »

Devant cette situation, la défense demande la comparution de Cheick Tidiane Diallo, un des conseillers de Kiridi Bangoura, qui serait à l’origine de la plainte de Kiridi Bangoura, contre notre confrère.

En attendant de tirer les choses au clair, l’audience est renvoyée au 18 Mars prochain.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.