Projet pilote pour booster la pisciculture


En 2020, le Burkina a importé 147.000 tonnes de produits halieutiques.

Tunis (dpa) – Le Burkina Faso a lancé, le 19 avril, dans la capitale Ouagadougou, un Projet pilote de développement de la technologie de production de semences piscicoles du poisson-chat africain, une espèce élevée en Afrique grâce à l’aquaculture. Financé par la FAO à hauteur de 176 millions de francs CFA (près de 255 mille euros), ce projet de coopération technique sera mis en œuvre par le ministère burkinabè des Ressources animales et halieutiques (MRAH). Il a pour objectif d’assurer la formation des agents et de certains promoteurs en technologie de production d’alevins du poisson-chat africain, et de définir les spécifications techniques et les besoins pour la mise en route d’unités de production d’alevins de 20 grammes de poisson-chat africain, a annoncé ce ministère.

Il s’agit aussi d’assurer le transfert de technologies chez les promoteurs dans les zones à fortes potentialités halieutiques en vue de soutenir les initiatives croissantes d’entrepreneuriat aquacole au Burkina Faso, a-t-on indiqué de même source. Selon le représentant de la FAO au Burkina, Dauda Sau, le projet répond, d’une part, à l’axe 3 du « Plan national de développement économique et social » (PNDES) du Burkina Faso (2016-2020), à savoir : « dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois » et d’autre part à l’objectif stratégique 2 de la FAO « rendre l’agriculture, la foresterie et la pêche plus productives et durables ».

En 2020, les Burkinabè ont consommé 176.750 tonnes de poissons dont 147.000 tonnes importés et seulement 29.750 tonnes (soit 17 pour cent) produits au niveau national. La même année, la facture des importations en produits halieutiques s’élevait à 13,12 milliards de FCFA (plus de 20 millions d’euros).

Au regard de cette situation, l’augmentation de la production halieutique pour satisfaire la demande, sans cesse croissante en produits halieutiques, est une nécessité, a souligné le MRAH. Les ressources halieutiques contribuent énormément à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à la création d’emplois et de revenus pour les populations, a-t-on affirmé.

Source: dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.