Protection du patrimoine routier : Alpha Condé monte d’un cran

Le Chef de l’Etat a demandé aux Ministères en charge de la Ville et des Travaux publics de mutualiser les moyens de la Brigade de Gendarmerie détachée auprès du MVAT pour les opérations de protection du patrimoine routier guinéen. C’était au cours d’une récente rencontre avec les ministres, à Conakry.

Avec cet appel, Alpha Condé monte d’un cran. Mais déjà, on se rappelle, Oumou Camara peine encore à avoir le décret portant modalités d’application de la Loi L/2016/074/AN du 30 décembre 2016, portant protection du patrimoine routier national de la République de Guinée. Ce patrimoine se résume en : « L’ensemble des infrastructures routières urbaines, interurbaines et rurales dont la construction, l’installation et l’entretien sont assurés par le ministère des Travaux publics. »

Selon elle, ce patrimoine comprend essentiellement l’emprise de la route et ses équipements routiers. Le projet prévoit de créer un certain nombre d’organes de haut niveau pour suivre la protection du patrimoine routier. A ce titre, des sanctions seront applicables aux contrevenants, la localisation et les modalités de fonctionnement des stations de pesage routier. Mais déjà, ajoute-t-elle, la gestion rationnelle commence par la protection de l’existant puis son entretien et ensuite les nouvelles constructions. Les formes d’agression que le patrimoine routier subit sont variées et en perpétuelle croissance. C’est cela l’urgence.

A ce titre, des sanctions seront applicables aux contrevenants, la localisation et les modalités de fonctionnement des stations de pesage routier. Mais déjà, ajoute-t-elle, la gestion rationnelle commence par la protection de l’existant puis son entretien et ensuite les nouvelles constructions. Les formes d’agression que le patrimoine routier subit sont variées et en perpétuelle croissance.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.