Quand Kassory insulte les Soussou…

Dans l’imagerie des Guinéens, notamment ceux de Conakry et périphéries, pour avoir l’adhésion des Basse-côtiers aux revenus faibles, moyens ou absents, il suffit juste de préparer des présents : du riz autres alimentations de grande consommation. C’est ainsi que les urnes ont connu une forte affluence au compte de certains candidats ayant su jouer le jeu. L’attitude avait agacé même Kassory Fofana, alors leader de la GPT et membre de l’opposition républicaine, puis de la COEP, etc.

Kassory avait lancé un appel à tous les Basse-côtiers afin que ceux-ci refusent désormais de monnayer les bulletins au ventre. Près de dix ans, le même Kassory insulte les Soussou à travers le camarade Aboubacar Soumah, celui par qui la grève est arrivée au niveau de l’Education. Le Premier ministre qui traite le SLECG avec mépris et manque de condescendance voulait extraire le leader à travers des gestes faits de riz, d’argent, de promotion et autres. Le camarade est resté insensible à tout.

Agacé, Kassory rallie Tanènè chez SékhounaSoumah pour dénoncer : « Je m’étais rendu à Tanènè pour demander à El HajSekouna de faire asseoir notre frère Aboubacar Soumah pour lui demander d’arrêter et lui donner des conseils. Ce n’est pas à un fils de la Basse-côte de conduire une grève qui paralyse le pays. Ça me fait mal que ce soit un des nôtres qui brave le pouvoir. » Selon Don Kass, le comportement de Soumah n’est pas digne d’un Soussou. Une insulte, crie-t-on. Que cache Don Kass en qualifiant ainsi toute une communauté ? Les commentaires vont dans tous les sens.

Seule évidence, Kassory Fofana doit engager le dialogue social et extraire là-dans les coordinations régionales. C’est un problème conjoncturel, non politique, non communautariste. Il doit donc trouver une solution conjoncturelle. En toute responsabilité. Kassory s’écarte du brasier.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.