Quand les représentants de la communauté internationale se font laver par l’ancien ministre de la justice, Pr Salifou SYLLA

Les représentants de la communauté internationale ont une nouvelle fois eu droit au savon de la part de plusieurs cadres guinéens. Plusieurs fois se sont élevées pour dénoncer leur rôle dans le processus électoral. Parmi les plus remarquables est celle du professeur Salifou SYLLA, ancien ministre de la justice.

« Comment par exemple le chef de la mission d’observation de l’Union Européenne peut dire que l’organisation de l’élection a été lamentable et en même temps dire que ce n’est pas grave? » s’interroge-t-il.  « En français quand on dit que c’est lamentable, c’est que le résultat n’est pas bon, si en tout cas le français a un sens. Il faut être sérieux et respecter le peuple. Que ceux qui viennent superviser également sachent que ce qu’ils n’acceptent pas chez eux, ne faut pas qu’ils viennent corroborer ça en se disant de toutes les façons que c’est la démocratie à l’africaine. Il faut également que les ambassadeurs ne prennent pas partie. Moi j’ai été ambassadeur, mais il y a des choses qu’on ne peut pas se permettre dans un pays. Il faut qu’on respecte les gens. J’ai lu les écrits de certains ambassadeurs dont notamment celui des Etats Unis. Mais lui, c’est comme s’il était membre d’un parti ici… Depuis quand? Et je sentais cette tendance déjà, parce qu’on a travaillé ensemble. Et lui et celui de la France… » a déploré le Professeur SYLLA. La communauté internationale a été plus que jamais décriée cette fois en Guinée.

 Oumar Rafiou DIALLO, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.