Qui veut saper le mouvement de grève ?

Le mouvement de grève risque de prendre un coup. En cause : le gouvernement semble utiliser la carotte et le bâton. D’un côté, ce qui est qualifié « de grève sauvage orchestrée par des surexcités dissidents» prend des disproportions inattendues. L’allure inquiète le gouvernement qui fait semblant de le faire dans la sérénité, en brandissant le glaive de la justice.

Au même moment, des lobbies tapis au niveau du CES, du même département de la Justice manœuvrent pour étouffer le mouvement. Déjà hier,  le parquet guinéen a demandé mercredi aux syndicalistes d’arrêter leur mouvement de grève lancé, on se rappelle, le 13 novembre, émaillé de manifestations violentes qui ont fait deux morts cette semaine. Des syndicalistes arrêtés ont été libérés, après deux jours de détention. Lundi, ils vont se présenter devant le juge.

Toutes ces manœuvres visent à amadouer, les uns et les autres. Même si, le Garde des Sceaux menacent de rechercher les camarades Soumah et Diallo, introuvables depuis qu’ils ont échappés au rapt des gendarmes et policiers, à Kaloum.  Certains parient que cette fin de semaine, une issue négociée pourrait être trouvée…

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.