Rachid Ndiaye : l’homme « des sujets thématiques » !

Si c’est un deal entre lui et Alpha Condé, il se révèle contre-productive pour développer les médias d’Etat aujourd’hui en face à une rude concurrence. Si aussi c’est un immobilisme voulu, juste pour révéler un manque d’inspiration dans la gestion des affaires publiques, autant dégommer le ministre de la Communication.

Rachid Ndiaye, l’homme qui dit être celui qui intervient « sur des sujets thématiques » reste la plus grosse déception que le président Alpha Condé nous ait donnée. Précédé d’une certaine réputation dans les médias occidentaux, très présent sur des plateaux de télévisions, dans les magazines, Rachid ne sait plus où se trouve tout ce bag round qu’il devrait pourtant mettre à l’actif de la Guinée. Mais, il a préféré se taire, en se camouflant derrière une déclaration du genre : «Moi j’interviens sur des sujets thématiques liés à la communication. Je vous avoue que je ne suis pas le ministre le plus expansif, c’est vrai mais c’est aussi une question de tempérament et de culture. J’aime parler utile, je n’aime pas parler parce que vous voulez que le ministre parle. »

Rachid est un pur produit du journalisme international qu’il a pratiqué une vingtaine d’années durant à Paris dans de  grands magazines internationaux. Avant de devenir consultant sur de nombreuses chaines de radios et télévisions, CFI, RFI, TV5 et France 24,  Avant de créer en 2007 à Paris, le magazine international africain Matalana.

Cette réputation ne semble pas jouer en faveur de Rachid, ce ministre-journaliste au milieu du gué est introuvable.« Depuis sa nomination, personne ne sait quelle est sa vision. Il ne communique pas, il ne rencontre pas la presse et ne rencontre personne. Il est assis à la Présidence et lui seul sait ce qu’il fait. Il est ministre pour la forme parce qu’il n’apporte rien. On l’a interpellé par rapport à la situation de la télévision nationale qui ne représente rien aussi. Aujourd’hui, personne ne regarde la RTG parce qu’il n’y a rien d’important sauf quand il y a un décret. Aucune émission importante ne passe. Bien que la RTG soit sur satellite, les gens préfèrent regarder la RTI ou bien la RTS que de regarder la RTG. Ici, il n’y a aucune innovation, pas de débats », peste Fodé Oussou Fofana.

La réponse de Rachid est sans équivoque : «Moi j’interviens sur des sujets thématiques liés à la communication. »

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.