Ramatoulaye de la Ceni : la cible de l’UFDG et cauchemar de Me Kébé

Ramatoulaye Bah de la CENI perturbe, distrait, agace et casse le rythme tant de l’UFDG que de la Ceni. Elle est récemment la cible du parti de Dalein et devenue le cauchemar du remplaçant de Bakary Fofana.

Pour l’UFDG, Ramatoulaye « s’égosille comme si elle agissait par transparence dans la conduite des affaires de la Ceni à Pita. Alors qu’elle se comporte en adversaire farouche de l’intérêt de l’UFDG et en défendant son époux (Sila Bah). Elle devrait pas s’offusquer si on l’amenait ailleurs qu’à Pita, c’est-à-dire que le fait de la déplacer de Pita vers d’autres régions, ne devrait l’offusquer. Mais, si elle tient coûte que coûte à rester là-bas, c’est qu’elle a des intérêts personnels à défendre », se lâche Ousmane Gaoul Diallo, au micro de média Guinée.

Selon un commissaire, Me Kébé a écarté cette dame « pour la remplacer par un assistant technique pour aller superviser quelques commissaires. Je me demande quel genre de gouvernance, il (Me Salifou Kébé) est en train d’appliquer à la Ceni. »

Ce patron de la Ceni ne veut pas de polémique : « Il ne faut pas penser qu’il y aura l’unanimité sur toutes les décisions. Moi je suis chef d’Institution, je suis obligé de prendre des décisions parfois qui ne sont pas aimées par tout le monde. Mais je suis obligé. Notre institution est collégiale. Je ne prends jamais de décision seul, je ne m’enferme jamais dans mon bureau pour prendre des décisions. Tant que l’unanimité n’est pas dégagée, vous n’entendrez aucune décision de ma part ou de la part du bureau de la CENI. Maintenant que des individus ne soient pas contents de ça, je suis désolé. Pour la bonne marche d’une institution, on est obligé de prendre des décisions impopulaires qui ne plairont pas à tout le monde mais qui vont aider à la bonne marche de l’institution. C’est tout ce que je peux dire. Et vous verrez que ce qui s’est passé sur la question de la communication, sur la question de l’installation des démembrements à Pita et à Dalaba, tout marche à merveille parce que c’est la volonté du plus grand nombre des commissaires de la CENI que nous avons manifestée. »

Ramatoulaye est à surveiller…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.