Réconciliation des Guinéens : faut-il prendre Dalein au mot ?

En parlant aujourd’hui de réconciliation des Guinéens, Dalein sait pertinemment que le tissu social est en  lambeaux. Mais, il est beaucoup plus agréable de balayer devant sa propre maison où il y a bien des frictions. En l’occurrence, le cas Bah Oury, au-delà de la querelle d’égo et de la rigidité outrancière de l’ex vice-président de l’UFDG. Il est donc question de prendre Dalein au mot : réconciliation.

En effet, pour le chef de file de l’opposition, « C’est vrai, nous avons beaucoup subi. Mais pour l’UFDG, il n’y a pas de vengeance. Nous voulons être la force qui va rassembler, réconcilier les Guinéens demain pour qu’on vive dans un pays uni ou le droit de chacun est respecté. »

En réussissant à faire profil bas et à ramener dans les rangs Bah Oury, Dalein Diallo aurait davantage prouvé sa force de rassembleur, de conciliant, de leader. La pilule doit être bien dure à avaler, au regard de l’arrogance du paria de l’UFDG et de sa réelle volonté à décapiter le parti et donc de servir le RPG dont le seul grand cauchemar reste l’UFDG. Et soudainement, l’UFR, suite à la forte mobilisation du parti de Sydia Touré. A Dalein de jouer. Surtout qu’il connait déjà les conditions posées par Bah Oury.

Il s’agit : « D’abord, il faut que la justice fasse tout son travail, de la manière la plus exhaustive. Que les commanditaires de l’assassinat de Koula qui sont en réalité les commanditaires de la tentative d’assassinat sur Bah Oury soient connus et que la justice rend à César celui appartient à César. Après le reste est entre les mains de Dieu. Celui qui est dans une position de saltimbanque aujourd’hui à l’UFDG c’est Cellou Dalein, mais ce n’est pas Bah Oury. » Après tout, « ce n’est pas Bah Oury qui est dans une position inquiétante c’est Cellou Dalein qui doit s’interroger sur son avenir. »

Ce sont somme toute des déclarations d’errance politiques qu’il faut capitaliser pour sauver le soldat Oury, actuellement en complot des ministres de Pita, proches de Condé.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.