Reddition de la Françafrique : Alpha Condé soulagé, rêve…

Il semble avoir gagné la guerre, mais certainement pas la bataille : la reddition de la Françafrique pour mieux asseoir l’autocratie, à travers des Constitutions modifiées au gré des faiseurs de rois.  Alpha Condé est aux anges.

Emmanuel Macron a déjà rassuré dans son premier grand discours en terre africaine : « J’appartiens à une génération qui ne vient pas dire à l’Afrique ce qu’elle doit faire ». Alpha Condé ne devrait pas s’attendre mieux, au moment même où ses rapports semblaient être brouillés avec Paris. L’homme hanté par un 3è mandat est soulagé et rêve depuis cette sortie du président Macron.

« Je passe mon temps à dire cela, que l’Afrique est un continent majeur. La coopération entre l’Union européenne et de l’Union africaine doivent se faire sur la base de deux continents indépendants qui se respectent. La coopération entre la France et nos Etats doit être la coopération gagnant-gagnant, dans le respect, de la souveraineté, de l’indépendance de chacun des pays », déclare, le président guinéen. Et Alpha Condé d’ajouter :« Moi, je suis très content du discours du président Macron, vraiment, parce que jusqu’à présent, des chefs d’Etat se sont engagés à mettre fin à la Françafrique. Mais maintenant, je suis convaincu qu’avec Macron, sa volonté, sa détermination dans ce qu’il a dit aujourd’hui, nous pensons que le cordon ombilical est coupé. »

Pouvait-il en être autrement ? C’est toute la question. Macron a usé du politiquement correcte en lançant des fleurs à Alpha Condé pour son implication dans la gestion des foyers de tension en Afrique. Il reste que le Togo, les deux Congo, la Guinée Bissau, etc., restent sur un baril de poudre, sans la moindre solution négociée. Alpha Condé ne doit pas se satisfaire de cette moquerie de Macron, sachant secrètement qu’il a été quand même incapable de rapprocher les positions tranchées dans ces pays sous tension.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.