Réduction de 500 FG du prix du carburant : ‘’une insulte au peuple de Guinée’’ (FSG)

Peu après l’annonce par le gouvernement de sa volonté de réduire de 500 FG, le prix du carburant à la pompe, la réaction des Forces sociales ne s’est pas fait attendre. Par la voix d’Aboubacar Koita, les forces sociales de Guinée rejettent cette décision du gouvernement guinéen, prise à l’issue d’un Conseil des ministres.

« Par rapport à la réduction du prix du carburant à 500 FG, nous pensons que c’est une insulte à l’endroit du peuple souverain de Guinée. Le principe qui gouverne l’affaire du prix du carburant est le principe de flexibilité. La rencontre que nous avons eue avec le ministre en charge des Hydrocarbures au mois de novembre passé, la conclusion était que chaque partie, les forces sociales et le gouvernement, que chacun observe l’évolution du prix. Si la tendance reste maintenue à l’international que l’Etat guinéen allait obéir à ce principe qui consiste à réduire le prix en fonction du prix fixé à l’international. L’annonce que nous avons entendue aujourd’hui est tout sauf le respect de ce principe », regrette Aboubacar Koita.

Cet activiste de la Société civile tient à rappeler qu’‘’Au moment où ils ont procédé à l’augmentation du prix du carburant, on était entre 75 et 85 dollars à l’international.  Aujourd’hui, nous sommes entre 44 et 54 dollars à l’international, cela veut dire qu’il y a une baisse considérable du prix de carburant à l’international. », fait remarquer M. Koita.

Devant cet état de fait, ajoute-t-il, « Il va falloir que l’Etat guinéen fasse les efforts pour respecter ce principe. », parce que, insiste l’activiste de la Société civile, « En tant que forces sociales, nous sommes en train de nous concerter et prendre contact avec les syndicats. Dans les heures et les jours qui suivent, nous allons avoir des rencontres de concertation afin de prendre des décisions nécessaires et envisager les actions qu’il faut’’, a-t-il précisé.

Malgré l’échec des différents mouvements de protestation contre la hausse du prix du carburant au mois e juillet dernier, les forces sociales qui appellent les citoyens à la mobilisation, n’exclut pas de faire recours à la rue pour se faire entendre.

«  Nous appelons les citoyens à tous les niveaux, de Conakry à Yomou de rester mobilisés quand les actions seront annoncées, nous allons montrer à la face du monde, nous allons montrer au gouvernement qu’on ne peut pas étoffer les revendications citoyennes et que le peuple de Guinée mérite respect et considération, que le prix du carburant doit être réduit conformément au prix à l’international », prévient M. Koita.

Comme pour dire, la nouvelle année 2019, s’annonce déterminante, et le gouvernement risque d’être coincé dos au mur, par des nouvelles manifestations.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.