Reforme Armée : les contre-vérités du ministre Fall

 

François Loucény Fall, ministre des Affaires étrangères a bien appris la leçon : tordre le coup à la vérité pour tromper l’opinion et s’attirer de la grâce de l’électorat. Il passe sur les traces de son mentor. Suivez mon regard.

Récemment en effet, ce ministre déclare que « La réforme de l’armée en Guinée est une success-story. L’armée a été réformée sérieusement, et 4 000 militaires ont été mis à la retraite, avec des compensations justes. » Et d’ajouter sans gêne : « L’armée n’est plus dans la rue, elle a rejoint les casernes. » Faux, pourrait répliquer tout de suite le général Facinet Touré : « Il n’y a pas eu de réforme de l’armée, c’est le contraire. Les militaires se promènent à travers la ville, l’arme à la main. Ils créent même les embouteillages en marchant au sens inverse. Un militaire ne brandit pas ses muscles, il n’impose pas le respect aux autres à travers ses muscles ou ses armes. Avec tout ce désordre-là, on parle de la réforme de l’armée. » Le général Facinet Touré dément ainsi Alpha Condé qui crie sur tous les toits et à toutes les occasions que « La Guinée avait deux problèmes quand je suis arrivée. D’abord, la réforme de la sécurité. Tout le monde sait quel était l’état de l’armée. J’ai mis à la retraite 4000 militaires et aujourd’hui nous avons une armée républicaine. »

Alors que des policiers, gendarmes et autres corps habillés font des razzias – à chaque fois que l’occasion leur est offerte – à travers la capitale et environs, à telle enseigne qu’il y a une réelle crise de confiance entre cette corporation et la population, le président guinéen, lui exulte. Il jubile et se taille des perles, au vu de la fameuse réforme de l’Armée presque devenu, un hymne, un slogan, etc. Et pourtant, cette réforme passe aussi par l’encasernement des hommes. Mais, chez nous, on rencontre des militaires, gendarmes et policiers à longueurs des routes, des boîtes de nuit, des bars, des marchés, etc. arme à la main ou pas. Ils se promènent parmi les civils. A moto ou à auto, avec des klaxons à vous faire exploser les tympans. Alpha Condé, lui est fier de cela. Le général Facinet Touré trouve vraiment le contraire. Et il est du même avis que nombreux autres Guinéens vivant avec ces hommes en uniformes. La déclaration de Fall risque de provoquer d’autres soucis.

En effet, le lieutenant-colonel Jean Dougo Guilavogui, leader du Syndicat national des militaires retraités et veuves de Guinée (SNMVG) a failli se faire taper par Kabélè Camara. Mais, le miliaire à la retraite ne s’est pas laissé intimider. Aujourd’hui, « les négociations sont en cours avec le ministère de la Défense. Maintenant, nous attendons. Si cela n’aboutit pas nous allons marcher », avertit-il. Mais déjà, voici les propositions de solutions faite par SNMVG.

Extrait : « Premièrement, nous voulons la création d’un secrétariat d’Etat chargé des militaires retraités et des veuves. Après, nous avons besoin de notre mesure d’accompagnement. Nous avons demandé à ce qu’il y ait une revalorisation de pensions. A savoir, 200% aux retraités sous la première République, 100% pour ceux de la 2eme République et 50% pour ceux de la 3e République. Nous avons demandé que les veuves soient au camp parce qu’au temps du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement) un décret avait été signé pour que les militaires retraités et les veuves aillent dans les camps pour le payement de leurs pensions, parce qu’au niveau des communes ou des préfectures, elles sont en souffrance. En plus on diminue leurs pensions. » Le ministre Fall peut continuer avec ses contrevérités. De toutes les façons les Guinéens se sont habitués à de telles pratiques.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.