Règlements de comptes politique : jusqu’où ira Bakayoko ?

« Lorsque nous critiquons, il faut le faire avec une humilité et une courtoisie qui ne laisse subsister aucune amertume. » Cette sagesse de Gandhi, le chantre de la non-violence, est manifestement ignorée par le jeune apprenti politicien. Celui-ci a pour nom : Abdourahmane Bakayoko. Il se trouve être aujourd’hui le leader du parti ‘’Les Démocrates Guinéens’’. Il pousse actuellement trop loin le bouchon : la cristallisation des clivages ethniques, à travers des règlements politiques qui ne disent plus leurs noms concoctés contre Dalein Diallo et sa communauté.

Ce natif de Tougué où Bakayoko a encore ses attaches veut foutre la merde, en voulant se venger du chef de file de l’opposition. Il est de son bon gré. Mais, aller jusqu’à proposer un thème de conférence de presse du genre – Lancement du Mouvement « Tout Sauf CellouDalein Diallo, leader communautaire de 37 députés peulhs – relève d’une félonie d’un autre âge. Pourtant, cet apprenti politicien a été moulé par cette communauté qu’il renie, piétine et voue aux gémonies, à travers l’ex-Premier ministre. Abdourahmane Bakayoko parle-t-il une autre langue nationale à part celle qu’il a apprise dans son Tougué natal ? Certainement, la bourde et les tristes leçons de Labé sur les antennes de la Radio locale ne lui permettent pas encore de s’assagir. Quitte à rééditer la correction y compris la prison, pour que ce gamin rentre dans sa coquille.

Selon les confrères de Média Guinée, Bakayoko a été empêché par la Maison de la presse (HassaneKaba), jeudi, à vider sa bile sur la communauté de Dalein. Et l’intéresséde se perdre en conjecture. D’une façon plutôt malhonnête : « Je suis allé ce matin (jeudi, ndlr) à la Maison de la presse dans le but d’animer notre conférence de presse. Mais à la dernière minute, les responsables de la Maison de la presse m’ont signifié qu’il n’était pas question pour nous d’animer cette conférence. Ils disent que le thème de la conférence qui porte sur : « Lancement du Mouvement Tout Sauf CellouDalein Diallo, leader communautaire de 37 députés peulhs » ne les convient pas. Ils ne m’ont jamais dit de changer quoi que ce soit dans ce thème. D’ailleurs, il y a un mouvement qui s’appelle « Tout Sauf Alpha Condé » qui tient ses conférences et ses activités à tout moment et qui n’a jamais été inquiété dans son élan. Nous ne comprenons pas pourquoi les responsables de la maison de la presse ont refusé qu’on tienne notre conférence de presse. J’estime qu’ils ont certainement peur de CellouDalein Diallo pour la simple raison que son nom apparait dans notre thème. J’ai l’espoir qu’ils vont revenir à la raison. Parce que l’erreur est humaine. Qu’ils comprennent clairement que le mouvement est déjà parti », explique-t-il.

Faux, réplique, le Directeur de la Maison de la Presse, HassaneKabaqui explique : « Il est venu ici hier (mercredi, ndlr) pour donner le thème de sa conférence de presse. Il y avait d’autres demandes et nous avons calé pour lui à 13 heures. Le thème qu’il voulait animer est : « Lancement du Mouvement Tout Sauf CellouDalein Diallo, leader communautaire de 37 députés peulhs. » Quand j’ai vu l’expression « leader communautaire de 37 députés peulhs », je me suis inquiété parce que la liberté de la presse interdit tous les discours ethnocentristes, régionalistes. C’est ainsi que j’ai dit à l’assistant technique (Alpha) d’appeler Monsieur Bakayoko pour lui dire de changer son expression « 37 peulhs. » Je dis parce que là, il indexe une communauté donnée et que ça devient stigmatisant. Avec Alpha, il (Bakayoko) a accepté de se limiter au « Lancement du Mouvement Tout Sauf CellouDalein Diallo ». Nous sommes tombés d’accord sur ça. Et quand il est venu, on s’est entretenus à mon bureau et tout semblait bon. Mais à ma surprise, bien avant le début de la conférence, il a distribué une déclaration aux journalistes dans laquelle le thème n’a pas été changé comme il nous l’avait promis. Bref, tout est parti de là. C’est ainsi qu’il lui a été demandé de quitter les locaux de la Maison de la Presse pour distribuer sa déclaration ailleurs. » Sage réaction de la part de HassaneKaba.

Bakayoko peut aller vider sa bile ailleurs. Le temps pour lui de comprendre ceci lorsqu’il s’attaque à la communauté qui l’a dressé : «Plus les oiseaux volent haut, plus ils semblent petits à ceux qui ne savent pas voler» – Friedrich Nietzsche.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.