Remous sociaux latents : la solution miracle du député de Gaoual

Il était sur les GG, la fois dernière. Ousmane Gaoual Diallo a plus d’une corde à son arc pour sortir la Guinée de sa crise. Il parle d’abord « des préalables pour une bonne gouvernance. »

Extrait : Il y a une justice objective et soutenue par des lois, il y a des lois dans notre pays, il y a une impunité qui est garantie depuis qu’Alpha Conde est là, on voit que la justice part tous les jours à côté et l’absence de la justice fait que le monde des affaires est inquiet. Toutes les entreprises qui venaient investir se sont inquiétées et sont reparties, on a aujourd’hui que de petits trafiquants qui viennent prendre la terre. Mais il n’y a pas de gros investissements qui viennent parce que le monde des affaires est un monde qui ne croit pas quand -il n’est pas rassurer par une justice indépendante, forte dans un pays, ils ne viennent pas il faut déjà rétablir la justice, ensuite être vertueux dans la gestion des affaires publiques. On a vu combien de scandales de corruption ont éclaté depuis que les 13 milliards ont disparu entre M. Kerfala Yansane qui était ministre de l’économie, jusqu’au détournement des centaines, de milliers l’affaire (asperbras), de l’énergie, il y a des centaines et des millions de dollars qui se volatilisent chaque année, sans que personne ne soit inquiété. Ça veut dire que les Guinéens ne croient pas, le gouvernement actuel ne rassure pas. »

En sa qualité de député que fait-il : « J’ai envie de dire que ce que nous faisons n’a pas encore d’échos sur la population, ce n’est pas visible. Aujourd’hui il y a 4 lois de résolutions qui attendent d’être votées pour déclencher des enquêtes parlementaires, que la mouvance refuse, la mise en place de ces résolutions dépendent de la mouvance, parce qu’on a besoin de la majorité pour en faire des lois et rendre obligatoires les enquêtes. Mais on n’arrive pas. Nous ne sommes que 47 députés de l’opposition, la mouvance refuse qu’on examine ces sujets. »

Et d’accuser le Parlement : « Le parlement ne joue pas son rôle, nous avons même été incapables de débattre de notre propre budget au parlement parce que le bureau de l’assemblée a refusé qu’on débatte. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.