Répression mortelle à Mandiana : Kassory Fofana indexé !

« Si les intérêts des différents acteurs peuvent être divergents, seul le dialogue social et politique reste le cadre de concertation pour assurer une bonne gouvernance visant à promouvoir la justice sociale, les relations professionnelles équitables, le développement durable et la quiétude sociale. » Voici ce que disait Kassory Fofana.

Quelques mois après, le même Don Kass dit préférer outrageusement l’ordre à la loi : «L’ordre public est l’une des priorités du gouvernement. Nous allons établir l’ordre public en Guinée. Entre la loi et l’ordre public qui est la sécurité des citoyens et de leurs biens, je choisis l’ordre public sans lequel rien ne peut être fait. La démocratie à ses obligations, ses droits, ses principes et ses devoirs. Au nom de quoi des partis politiques, des organisations de la société civile et le syndicat peuvent prendre en otage tout un pays. Lundi grève, mardi, ville morte, mercredi, marche… Aucun pays au monde ne fonctionne ainsi. Simplement le Pr. Alpha Condé a sorti la Guinée de l’ombre, il veut en faire un bijou, on veut lui en empêcher. »

Ces discours alambiqués et obtus n’ont rien servi à Mandiana sauf encourager des bérets rouges à tirer sur une population aux mains nues réclamant juste des promesses fallacieuses d’Alpha Condé. De quoi frustrer  le dimanche 16 septembre, FayaMilimono président du Bloc Libéral. Pour lui, «J’impute la situation de Mandiana au Premier ministre, je vais vous dire pourquoi.  Le premier Kassory, j’ai lu dans les réseaux sociaux où il a dit les deux derniers jours qu’il assume le fait que les manifestations soient interdites en République de Guinée. On est dans l’esprit de l’interdiction des manifestations en République de Guinée parce qu’on envoie l’armée pour encadrer une manifestation.  Quand on sort l’armée parce qu’il y a manifestation, on y va pour tuer.  Les militaires ne sont pas formés pour encadrer une manifestation, ne sont pas formés pour assurer la sécurité, c’est pour tuer l’ennemi. Le peuple de Guinée n’est pas l’ennemi. »

On n’a pas encore une réaction après cette sortie du BL. Mais Don Kass sait pertinemment qu’il est sur le chemin d’un dictateur camouflé. Il risque de se mettre le doigt dans l’œil.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.