Reprise du fameux dialogue: les préalables du PEDN !

La reprise du dialogue, le fameux dialogue ne pourra jamais avoir lieu entre pouvoir et opposition. Le pouvoir ne respecte jamais ses engagements et l’opposition a toujours flouée. Celle-ci prend ses gardes désormais et exige des préalables à tous dialogues.

Au niveau du PEDN, on estime qu’il faut tout simplement que la Constitution soit respectée. Et le président du parti d’en donner des exemples : « Près de 28 des maires de Guinée aujourd’hui sont nommés par le président depuis qu’il est arrivé au pouvoir, qu’on a appelé délégation sociale, mais qui n’en sont plus parce que ce sont des délégations qui sont là depuis quatre ans. L’une des conditions c’est que ces maires d’abord soient démis parce qu’ils sont là de façon illégale. »

Pour Lansana Kouyaté, « Pour justifier ce report des élections locales, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a expliqué que l’administration n’avait pas encore fixé le nombre de conseillers et que pour le moment, aucun opérateur technique n’avait été désigné pour ce scrutin. » De toutes les façons accuse le président du PEDN, « pour un président qui croît en la démocratie, quatre ans et demi sans élections communales alors que le mandat est totalement expiré, ça devrait être la priorité de son travail. » Damaro et Cie peuvent donc s’agiter en appelant au dialogue ‘’sans préalable’’. Ils n’y verront personne.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.