Revalorisation de la grille salariale : du boulot à faire…

Exiger de l’Etat une revalorisation des salaires relève d’une ivresse, rapportent des faiseurs de roi, proche du parti au pouvoir. Surtout soutiennent-ils « dans un contexte de marasme dû à une épidémie ravageuse, consécutive à une année 2013 où l’économie guinéenne a enregistré plus de mille milliards GNF de pertes à cause des manifestations à la pelle, organisées à l’initiative de l’opposition. »

Conséquence : « 300% d’augmentation de salaire, c’est trop fort demander, c’est antipatriotique, c’est antirépublicain. Même dans un contexte normal, de pleine santé économique, on ne saurait avoir de telles prétentions à la limite gargantuesques. » Une telle lecture de la démarche des syndicalistes peut aggraver la situation. Mais comme le RPG ne connait que l’affront, on commence déjà à chercher la petite bête. Ils oublient certainement que ce ne sont que des points déjà étudiés que le gouvernement avait mis dans les tiroirs.

Aujourd’hui d’ailleurs, ce même gouvernement par la voix de Damantang Camara reconnait que l’actualisation et de la revalorisation de la grille salariale est de mise. Elle s’impose comme une urgence. Car, comme le souligne ce ministre, « L’actuelle nomenclature ne correspond plus à la réalité du terrain. » En exemple, il cite « le système LMD doit se refléter dans la grille, les différentes hiérarchies doivent être elle-même éclatée en sous-catégories. » Il y a donc du boulot à faire.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.