Risque de chaos en Guinée : le PADES se fait voix

De nombreux Guinéens, leaders politiques de l’opposition se font voix quant aux gros risques qu’en court le pays avec la montée fulgurante de la violence due pour l’essentiel aux discours politiques tranchés.

Pour sa part, Ousmane Kaba est sans anicroche : « Ce qui se passe dans notre pays est très grave, notre pays est en train de tomber doucement dans la pagaille. Il faut éviter à tout prix la haine et la guerre civile. L’État doit prendre ses responsabilités, L’État est responsable de la sécurité et de la justice, ce sont les fonctions régaliennes de l’État. »

Évoquant la tentative d’attentat contre Dalein Diallo, le leader du PADES déclare : « L’État doit trouver qui a tiré sur El hadj Cellou Dalein Diallo, le juger et le condamner, c’est ça le rôle de l’État, parce que, aujourd’hui c’est la confusion qui s’installe, on se renvoie les balles comme dans un jeu de ping-pong, je trouve que tout ça n’est pas sérieux. Lorsqu’on tire sur un citoyen guinéen qui qu’il soit d’ailleurs, à plus forte raison qu’il y a beaucoup de gens qui s’identifient à cette personne, il est important de faire la lumière et que ce sentiment d’impunité qui est en train de gangrener la Guinée ne continue pas parce que si ça, on va tout droit dans le chaos et nous avons la responsabilité de maintenir notre pays en État. »

Aux dernières nouvelles, le Procureur de la République a mis la machine en branle. Certains ont été même entendus par la DPJ.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.