Rond-point de Matoto : la Police coupe les tentacules du marché

Il était quasiment impossible de franchir le rond-point de Matoto, dans la banlieue de Conakry. Dès six heures du matin, des bouchons de forment de tous côtés. En cause : des minibus, taxis et autres camionnettes débarquent et chargent des marchandises, notamment des légumes, fruits et tubercules.

Toutes les transactions s’y effectuent ; des femmes grossistes affluent de partout, rachètent et réembarquent. L’endroit grouille de monde. On va dans tous les sens. Les porte-faits parfois mués en voleurs à la tire font le reste. Surtout que les lieux sont mal éclairés ou illuminés par des lampes chinoises ou des téléphones portables. Ici, on n’a pas peur des engins roulants. On est roi. Du coup, la chaussée est littéralement envahie, créant des embouteillages dès l’aube. Ce week-end, la Police est venue couper toutes les tentacules de ce marché. Table et auvents ont été cassés, volés en éclats. En lieux et place, des pickups et des matraques avec des groupuscules de jeunes venus récupérer ce qui peut l’être. Toute la devanture du marché, jouxtant le rond-point, s’est vite transformée en amas d’ordures. Certains apprécient la démarche, d’autres qualifient de trop barbare, la réaction de la Police. Ce qui est sûr, c’est salutaire de dégager ce beau monde qui squattait le rond-point de Matoto. Quitte à se trouver une autre place ailleurs ou au sein du marché. Pas sur la chaussée.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.