Sahel – Antiterrorisme : « Comité tripartite » pour discuter le déploiement de 3000 militaires


Ces militaires soutiendront la « Force conjointe » des pays du « G5 Sahel » dans la lutte contre le terrorisme.

Tunis (dpa) – L’Union africaine (UA), la « Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest » (CEDEAO) et le groupe des cinq pays du Sahel africain (G5 Sahel) ont décidé de mettre en place un « Comité tripartite » pour discuter des modalités techniques du déploiement « rapide » au Sahel d’une force africaine de 3000 militaires. Cette décision a été prise lors d’une réunion conjointe UA-CEDEAO-G5, tenue le 16 mars 2020 à Niamey, capitale du Niger, selon un communiqué final de la réunion, relayé par l’Agence nigérienne de presse (ANP).

La réunion de Niamey a mis en exergue « la nécessité de conduire une mobilisation des ressources nécessaires pour permettre la mise en place rapide de la force, ainsi que son autonomie », a-t-on indiqué. Le 29 février 2020, l’UA avait décidé de déployer des troupes supplémentaires de 3000 militaires pour soutenir la « Force conjointe » des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) dans la lutte contre des groupes terroristes liés à « Al-Qaïda » et à « l’État islamique ».

Créée en 2014, la « Force conjointe » a pour objectif de lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, notamment en menant des opérations militaires conjointes transfrontalières entre les pays du G5 Sahel. Cette Force peine toujours à être opérationnelle, faute de ressources financières suffisantes. En 2019, environ 4000 personnes (civiles et militaires) ont été tuées au Burkina Faso, au Mali et au Niger, dans des attaques terroristes, selon l’ONU.

Source: https://www.dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.