Saisine de la Cour institutionnelle : que fera l’UFR ?

Sydia Touré s’est retiré des commissions de centralisations des votes. Il ne sait pas trop la prochaine voie à suivre, seulement, « Nous allons probablement », faire recours à la Cour constitutionnelle.« Ne serait-ce que pour bien mettre ces gens face à leurs propres turpitudes. Mais en attendant nous sommes dans un débat politique, nous avons compris comment les élections se sont passées. Des instructions ont été formellement données partout, pour faire en sorte que l’UFR n’atteigne jamais 100 voix dans un bureau de vote », ajoute-t-il, dépité, dans une interview.

Et Sydia Touré d’ajouter en donnant des exemples : « A Kaloum, 20.000 personnes nous attendaient sur l’esplanade du palais du peuple (lors de mon retour de la campagne, ndlr) mais apparemment ils ont tous voté contre moi (rires..). Bon on a compris que ceci a été fait un peu partout. Nous avons vu aussi que ce vote-là, 30% des enveloppes étaient  indisponibles. Mieux que ça 20% des bulletins manquants ont été retrouvés le soir entre les mains des forces de l’ordre et de certains chefs de quartier. Quand on regardait aussi dans les urnes, vous avez une série de bulletins qui n’arrivaient jamais à 100. La liste d’émargement n’était pas par ordre alphabétique. Au-dessus de cela l’on constate à Conakry, Boké, Boffa, Nzérékoré qu’il y a des bulletins qui n’ont pas le même numéro de série. » C’est à cause de toutes ces raisons poursuit Sydia Touréque l’UFR a préféré ne pas cautionner de tels actes. Donc, conclut-il, « Nous avons demandé à nos membres de se retirer des commissions de centralisation. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.