Saliou Béla Diallo stigmatise l’Axe…

Il a fui l’UFDG pour le RPG rêvant secrètement d’occuper des postes de hautes responsabilités afin de mieux narguer le parti de Dalein Diallo. Saliou Béla Diallo est manifestement déçu. Comme dernier rempart, il s’attaque à l’Axe Hamdallaye Bambeto Cosa. Avec une cynique stigmatisation.  S’érigeant en porte-parole du gouvernement et en chargé de com de Kassory Fofana, Saliou Bela Diallo fait l’éloge du Premier ministre, à défaut de trouver quelque chose auprès d’Alpha Condé.

Pour bien faire passer son message et connaissant bien la stratégie pour être nommé en Guinée, le transfuge tance : « Des bus ont été mis dans la circulation. Même l’axe Le Prince est desservi. » Cette dernière phrase, à elle seule suffit pour dépeindre, vouer aux gémonies l’Axe. Il fait exactement comme ce que font les autres allergiques de cette partie de la capitale guinéenne. Saliou Bela pense ainsi trouver la faille pour se faire une place dans l’administration, dans la même ambiance de fin de règne. Ainsi, usant de la pyramide inversée, il taille des perles à Don Kass : « Après 100 jours à la Primature, Kassory Fofana s’est illustré comme un vrai Premier ministre qui maitrise l’Exécutif. Tous les départements, sans exclusion, il les a pris en main. Chacun des départements ministériels de ces départements fonctionne normalement. »

C’est ce qui est absolument faux. Kassory s’est mué en gestionnaire des  ressources humaines en envoyant des promeneurs dans certains départements afin de contrôler la présence, en plus des pointeuses gérées par la Fonction publique. Des jeunes pris de toutes parts sillonnent des bureaux chauds et mal équipés avec des listes et des crayons. Avec beaucoup d’amateurisme, ils appellent un fonctionnaire et lui demandent son matricule, puis c’est tout. Aucun document administratif n’est demandé. Comme quoi, même un passant peut venir donner le matricule d’un ami et d’une connaissance. L’autre mensonge de Saliou Béla est celui de dire que tous les départements travaillent.

Et comble du mensonge : « La Guinée est admirée partout. » Il oublie que les grands de ce monde viennent jusqu’aux portes de Conakry, Dakar, Abidjan, Bamako, Ouaga, etc., sans jamais fouler la terre guinéenne.  Quand Saliou Béla Diallo apprendra à mieux ouvrir les yeux ? Certainement quand il aura son décret.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.