Santé-Dabola: Confusion autour du choix de quinze (15) membres de la CPPE

Dans le cadre de la réalisation d’un micro plan d’action, en faveur de la protection de l’Enfant, l’Unicef, en partenariat avec Child Fund Guinée, a décidé de prendre en charge mensuellement, quinze (15) membres de la Coordination Préfectorale pour la Protection de l’Enfant (CPPE) sur les vingt-trois (23) autres au niveau de la préfecture de Dabola.

Les membres de ladite structure ont participé mardi, 21 juillet, à un débat très houleux. Objectif : choisir quinze (15) éléments qui seront pris en charge par l’Unicef et son partenaire Child Fund Guinée à compter du mois de juillet au mois de décembre 2015.

Si la CPPE de Dabola respecte la politique du bailleur, les quinze (15) membres commenceront leur mission par les activités ci-après :

« La redynamisation de la CPPE de Dabola, l’identification des acteurs intervenant dans la protection et réponse à Ebola dans les zones touchées ou abritant les enfants orphelins, l’organisation des dialogues communautaires sur les sujets relatifs aux mutilations génitales féminines, l’enregistrement (des naissances, des grossesses précoces), le référencement des enfants orphelins d’Ebola vers les structures de prise en charge des nouveaux cas, la sensibilisation des communautés sur la gestion des rumeurs ainsi que sur les moyens de lutte préventive contre la maladie à virus Ebola.

Insistant sur la prise en charge de l’ensemble des vingt-trois (23) membres avant l’entame normale des activités proprement dites, le responsable de la petite enfance, Younoussa N’Diaye, plaidera pour la cause de ceux-là qui ne font pas partis du choix.

Or, élaboré pour la circonstance par les partenaires, le projet ne peut couvrir que quinze (15) personnesmais pas 23 comme l’estiment certains membres soutenus par le représentant du Ministère de l’Action sociale basé dans la préfecture.

« Le montant qui va être envoyé par le bailleur, ne sera pas répartis seulement entre (15) éléments choisis mais à tous les membres de la coordination préfectorale pour la protection de l’enfant. Ça c’est interne. C’est nous qui savons comment gérer… »

Un avis partagé par mademoiselle Aïssata Mara, déléguée de Child Fund Guinée dans la préfecture de Dabola.

De l’avis des observateurs, c’est le début d’une confusion qui risque de compromettre l’avenir de la Coordination préfectorale de la protection de l’enfant de la préfecture de Dabola.

L’avenir nous en édifiera…

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Dabola

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.