Scrutin de 2015 : vers un duel entre Dalein et Sadakaadji ?

« L’intrusion de Diallo Sadakadji dans le pugilat politique constituera une sérieuse menace pour l’UFDG. Le fait politique en Guinée s’organise sur l’appartenance ethno-géographique. Les deux hommes appartiennent à la même région et à la même ethnie. Ils auront inéluctablement à partager la même base électorale. C’est une véritable menace qui pèse sur les ambitions de l’un ou de l’autre, mais surtout sur le président de l’UFDG qui ne voudrait pas émiettement de son fief. »

Ce long extrait est d’un analyste, un observateur de la scène politique guinéenne. Il reflète en réalité les vives préoccupations de certains. Mais pour d’autres, l’arrivée de Diallo Sadakadji n’est qu’un faux duel en perspective. Certes connu pour ses assises financières, l’homme est cependant très peu connu pour ses qualités affinées en politique adaptées aux réalités guinéennes. Sa structure politique ne peut donc être qu’un adjuvent pour l’UFDG déjà enracinée jusque dans les dernières localités du pays. Combattre donc une telle formation politique, même à Conakry, ne serait pas du beurre à couper. Même si, aujourd’hui, Sadakaadji appelle à voter RPG, au moment même où Dalein et Dadis tentent de se rapprocher, contre le vouloir d’Alpha Condé.

Au niveau de l’UFDG, on estimait jusque-là que les deux partis (celui de Sadakaadji et celui de Dalein) ne passeront pas au duel mais une sorte de complémentarité, comme l’objectif était le même : faire partir le locataire de Sékhoutouréya par les urnes en 2015. L’UFDG est un peu soulagé avec le rapprochement Dalein-Bah Oury. Une grosse épine est ainsi enlevée. Cap sur la mobilisation des troupes. Il n y a donc de formation politique d’alternative comme le prétendent certains.

Bien que, Diallo Sadakadji ait déclaré : « Je suis fermement déterminé à le mener jusqu’au bout avec vous et pour nous. » De toute façon, entre Sadakadji et Dalein, il ne semble pas y avoir d’animosité. « Je n’ai jamais eu un conflit avec Dalein qui reste un ami. Mais j’ai dénoncé la mollesse de l’opposition et avec des compatriotes de toutes les régions de la Guinée, nous avons décidé de lancer un mouvement politique et faire différemment pour barrer la route à Alpha Condé qui est en train de détruire le pays. Pourquoi parle-t-on de la paix des braves à cause de ma rencontre avec Cellou ? A ma connaissance, je n’ai jamais eu de conflit avec Cellou. On doit faire la paix par rapport à quoi ?», laissait entendre Diallo Sadakaadji. On n’est donc jamais sûr avec les hommes politiques… La configuration actuelle nous édifie. Et les jours à venir encore plus incertains.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. Machave dit

    Il n’y a aucune menace, c’est juste pour pouvoir valider la fraude préparée. Sadakaadji ne représente rien au Foutah, où on a horreur des lâches  » Gorko Sousayi », Poullo ko dimoh, tu ne peut pas m’insulter, me traquer et vouloir que je sois avec toi. L’électorat de l’UFDG ne bougera pas d’un iota. Faite un tour en Guinée et cherchez à faire un sondage, vous comprendrez, chez nous on ne parle pas beaucoup, on agit. Il est libre de soutenir qui il veut, quand il veut et où il veut. Mais il n’engage que sa voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.