Seconde lecture du Code civile : pour le 31 février ?

Le Code civile attendra certainement longtemps encore sans connaître une suite. Alpha Condé a mis le pied là-dessus. C’est du moins, ce que laisse croire le jeu de pingpong entre le Parlement défunt et la Présidence.

Au niveau de la majorité, on estime que toute loi qui est envoyée au président de la République pour être promulguée, la Constitution lui réserve deux droits, le droit d’amendement et le droit de retour pour une seconde lecture.

Dans ce cas -ci, explique Damaro Camara, il s’est proposé de nous renvoyer le Code civil pour une seconde lecture. « Ce qui est de son droit avec le risque qu’en cas de seconde lecture pour être renvoyée à lui pour signature, il faut que la loi soit votée avec un minium des 2/3 des députés. Sinon le projet est mort, c’est ça la loi. Mais nous attendons ou la législature prochaine attendra pour s’en saisir et avoir une seconde lecture », se lâche le député RPG.

A sa suite, c’est Kiridi Bangoura, porte-parole de la présidence de la République qui intervient sur RFI : « Le président aurait vraiment souhaité qu’il y ait une équité de traitement entre les hommes et les femmes devant le mariage. Comme nous sommes en démocratie, il exige que l’assemblée nationale vérifie que la moitié de la Guinée, vu que les femmes sont majoritaires dans notre pays, ne puisse pas être lésée par des dispositions légales qui vont se retourner contre elle dans la vie quotidienne. » Il reste que le Parlement est en fin de mandat. Et donc, le Code civile sera renvoyé pour le 31 février.

A y voir de près, on a l’impression que le président est regardant sur les lois, or, le même « a fait passer le nouveau code électoral en violation de la Constitution et malgré les protestations et avis de la société civile, des juristes guinéens et tout le reste de la classe politique en dehors du RPG et de l’UFDG, les deux complices et auteurs de ladite loi controversée », fulmine-t-on avant de s’interroger : Pourquoi bloque-t-il le Code civil proposé par son propre gouvernement et voté par son parti majoritaire à l’Assemblée ? La question est entière.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.