Sédentarisation des fonctionnaires : une rengaine d’Alpha Condé

On ne sait plus le nombre de conseils de ministres tenus et au cours desquels le président guinéen a dénoncé – comme un opposant – la sédentarisation des fonctionnaires à leurs postes respectifs. C’est donc devenu une rengaine pour Alpha Condé. Une chanson sans cesse remise pour désormais amuser les Guinéens. Le président a encore remis ça ce mercredi, à Conakry.

Extrait : «Monsieur le Premier ministre, nous avons la sédentarisation des fonctionnaires. Comment voulez-vous qu’un receveur qui était sous la deuxième République, sous le CNDD militaire, gère autrement ? Il ne va pas gérer autrement, il est habitué à voler, il est habitué à trafiquer. Comment voulez-vous qu’il change ? La sédentarisation est l’un des grands problèmes que nous avons. Il faut désormais mettre fin à la sédentarisation.

Un fonctionnaire ne doit pas rester en place plus de cinq ans. Mais, vous avez peur d’enlever les fonctionnaires. Il va aller alerter son village, sa préfecture, et les gens vont dire, vous avez enlevé mon fils à son poste. Mais, quand on veut bien gérer, on doit avoir le courage de faire face à la population. Si quelqu’un de Dubréka gère mal, on doit l’enlever et dire à la population de Dubréka qu’il a mal géré et il doit partir. Quand quelqu’un de Kankan gère mal, on doit l’enlever, quelqu’un de Labé etc. Il n’a qu’à aller mobiliser la population et on lui dira la vérité. On est là pour gérer les biens de l’Etat, pour protéger la population. »

 

Derrière ce beau discours se cache une réelle complaisance d’Alpha Condé. C’est lui qui place les gens, c’est lui qui les nomme, c’est lui qui sanctionne ou poursuit en justice. Il n’est donc pas de son rôle de dénoncer mais d’agir en tant que chef d’Etat. C’est aux opposants de dénoncer et d’interpeller les autorités. Avec Alpha Condé, c’est toujours le même scénario, le même mélange de genres. Une rengaine sans nom.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.