Sept centrales syndicales appellent à l’annulation de l’élection des membres du Conseil Économique et Social

Sept centrales syndicales ont rendu publique une déclaration conjointe, ce mercredi 2 septembre à Conakry, dans laquelle elles exigent l’annulation pure et simple de l’élection des membres du Conseil Économique et Social (CES) de Guinée. Il s’agit de la Confédération Syndicale Autonome des Travailleurs et Retraités de Guinée (COSATREG), la Confédération Générale des Forces Ouvrières de Guinée (CGFOG), l’Union Démocratique des Travailleurs de Guinée (UDTG), l’Union Générale des Travailleurs de Guinée (UGTG), la Confédération Générale du Syndicat Libre (CGSL), l’Organisation Nationale des Syndicats Libres de Guinée (ONSLG) et la Confédération Générale des Travailleurs de Guinée (CGTG).

Ces différentes organisations syndicales entendent dénoncer à travers cette déclaration commune ce qu’elles appellent “l’interférence du gouvernement dans la vie syndicale guinéenne”. C’est la désignation des membres du Conseil Économique et Social qui est dans leur ligne de mire. Les signataires de ladite déclaration réclament du gouvernement guinéen “le respect intégral des législations nationales et internationales régissant le monde du travail, l’annulation pure et simple de toutes les conclusions issues de cette mascarade, que le décret de nomination des membres du Conseil Économique et Social prenne en compte toutes les Centrales syndicales existant en bonne et due forme pour éliminer sa nature discriminatoire”.

Pour rappel le CES – décrié – avait été mis en place le 24 juillet dernier par un décret du Président de la République Alpha Condé. Parmi les quarante-quatre membres du conseil, douze viennent du rang des syndicalistes : neuf de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG) et trois de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée(USTG). Et la présidence de l’institution est dirigée par l’ancienne secrétaire générale de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG), Hadja Rabiatou Serah Diallo qui fut également à tête du Conseil National de Transition (CNT) de 2010 à 2013.

Thierno Diallo, Kababachir.com

  1. visionfutur dit

    on a à faire avec un gouvernement qui viole toutes les lois du monde. La Guinée est un pays extraterrestre

Votre adresse email ne sera pas publiée.