Sidya,Cellou et Kouyaté à Paris : Ultime rencontre pour aller ou pas à la présidentielle !

Cellou Dalein Diallo (UFDG) ; Sidya Touré (UFR) et Lansana Kouyaté (PEDN), tous membres du Front National pour la Défense de la Constitution pourraient se retrouver à Paris. Cellou et Sidya qui étaient à Abidjan ont tous rallié la capitale française. Ils y retrouvent Lansana Kouyaté pour ensemble élaborer une nouvelle stratégie visant à empêcher un troisième mandat pour Alpha Condé. Toutes les options pourraient être mises sur la table y compris celle visant à participer à la présidentielle du 18 Octobre.

Les jours à venir pourraient connaître de grands revirements au niveau du Front National pour la Défense de la Constitution( FNDC).Dr.Ousmane Kaba, membre du Front, qui  a déjà été investi candidat du PADES, a ouvert la boîte aux pandores. De plus en plus les autres sont tentés de suivre son exemple, estimant que si le FNDC n’a pas été capable d’empêcher la tenue du double scrutin du 22 mars 2020, avec son corollaire de morts, blessés et dégâts matériels, il ne pourra pas, non plus, empêcher la candidature d’Alpha. La seule solution envisagée serait d’aller donc aux urnes pour essayer de battre Alpha Condé.

L’hypothèse est très prise au sérieux au sein des états-majors des partis UFDG, UFR, PEDN et d’autres membres politiques du FNDC. « Il serait suicidaire à nouveau de laisser Alpha Condé dérouler son programme pour se maintenir au pouvoir sans au moins essayer de le battre en convaincant les électeurs de son incapacité », disent ceux qui croient en cette solution ? Même si certains disent qu’Alpha n’ira pas à cette présidentielle pour la perdre, essayer ne serait pas mauvais, disent-ils.

Mais face à cette solution, il y a beaucoup des risques. Le premier risque est qu’il y a aussi des hommes politiques comme Bah Oury, président du parti UDRG, qui est contre toute candidature de l’opposition face à Alpha Condé. En bien des endroits, il a raison parce qu’en Afrique, il rare que les présidents qui organisent des élections les perdent. Mais  les plus optimistes disent que l’opposition guinéenne pourrait jouer à Alpha Condé le coup que celle ivoirienne à travers Laurent Gbabgo avait joué contre feu Robert Guéï. Elle pourrait également s’inspirer de l’opposition sénégalaise qui, à travers Mackhy Sall, avait réussi à barrer la route au troisième mandat tant souhaité par Abdoulaye Wade.

Toutes ces hypothèses, si elles se matérialisaient, devraient conduire de facto soit à la fin du FNDC soit à un changement de stratégie. Les membres de la société civile du FNDC pourraient soit se désolidariser de ces politiques (pour le moment ils n’ont pas condamné le choix fait par Dr.Ousmane Kaba) soit accepter leurs choix.  A défaut, le FNDC pourrait tout simplement mourir de sa belle mort.

Mais en choisissant d’aller également à cette élection, même si certains disent qu’il n’y a pas de morale en politique, Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Lansana Kouyaté et les autres auront sur leurs consciences les nombreux morts, blessés et dégâts matériels qui ont été enregistrés lors des manifestations contre l’adoption d’une nouvelle constitution et la candidature d’Alpha Condé. Les électeurs pourraient aussi les sanctionner.

Source: Guineedirect

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.