Société générale : 900 postes supplémentaires supprimés en France d’ici à 2020

La Société générale va se serrer la ceinture. Cessions d’actifs, fermeture de 300 agences, suppression de postes… La banque française prévoit un régime d’ampleur au cours des trois prochaines années, avec plus d’un milliard d’euros d’économies. Le groupe a notamment annoncé lundi 27 novembre qu’il supprimerait 900 postes en France d’ici à 2020, soit un total de près de 3 500 en tenant compte des précédentes annonces. « Dans le respect du dialogue social, ce plan pourrait conduire à environ 900 suppressions de postes en complément des 2 550 déjà annoncées début 2016 », indique la banque dans un communiqué.

La firme de la Défense a annoncé viser une croissance annuelle de 3 % de son chiffre d’affaires d’ici à 2020, misant sur l’international pour compenser un contexte morose dans l’Hexagone. « Le groupe vise 3,6 milliards d’euros de revenus supplémentaires d’ici à 2020 », précise la Société générale dans un document qui présente son plan stratégique sur les prochaines années, annonçant parallèlement un plan d’économies de 1,1 milliard d’euros sur la période.

La Russie et l’Afrique en ligne de mire

Pour réaliser cette croissance, la Société générale compte largement sur l’international, avec une hausse de plus de 5 % par an pour ses activités de banque de détail et de services financiers, comme l’assurance. La banque mise tout particulièrement sur la Russie, où elle compte devenir le premier établissement étranger, dans la foulée d’un redressement économique espéré après la crise, et sur l’Afrique. Par contraste, le groupe fait état d’objectifs timides dans la banque de détail en France, secteur toujours difficile en raison de l’environnement de taux bas qui limite la rentabilité. Les « taux d’intérêt bas, voire négatifs », font partie du « contexte moins favorable qu’anticipé », affirme le groupe.

Dans ce contexte, la banque ne table que sur une croissance « supérieure à 1 % » des revenus de la banque de détail française d’ici à 2020. Afin de rester dans le vert, elle compte sur des économies marquées, ses frais de gestion devant quasiment rester stables sur la même période. Sur l’ensemble de ses activités, la Société générale, qui rappelle avoir mené 45 cessions depuis 2014, compte par ailleurs poursuivre la vente et la fermeture de certaines activités, estimant l’impact de ces futures opérations à 5 % des actifs pondérés de la banque. En matière de rentabilité, le groupe vise un taux de retour sur fonds propres (ROE), qui mesure le niveau de bénéfices attendu par rapport aux investissements des actionnaires, de 10 % en 2020, contre 7,3 % l’an dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.