Soulay Thianguel condamné : jusqu’où compte aller l’UFDG ?

« Ce verdict a été accueilli par nous avec un grand choc, une grande déception. Ce monsieur ainsi condamné n’a même pas été cité comme témoin n’a jamais été entendu par  un juge d’instruction, il est absent du pays pour des soins médicaux (…) et  n’était même pas présent sur le lieu du crime. »

Chérif Bah, comme les autres Guinéens épris de paix et de justice n’en revient pas. En cause : l’affaire dans laquelle on le condamne, on n’a pas un coupable condamné  et on le fait sur quelqu’un qui n’était même pas là. « Cette décision  a été accueillie chez nous comme une décision carrément politique (…), c’est-à-dire on en veut à l’UFDG, ce grand parti d’opposition qui fait peur au pouvoir et qu’il faut donc frapper. C’est une déception pour nous parce que  ce monsieur ne mérite pas une telle sanction d’autant plus que même le procureur  n’a pas demandé qu’il soit condamné », regrette le remplaçant de Bah Oury au sein de l’UFDG.

Déjà, les avocats de l’UFDG ont fait appel. « Nous menons des démarches dans le sens que la justice autorise de faire. Donc partout avec tous nos moyens légaux possibles nous nous battrons pour que justice soit rendue. De cette manière, nous allons amener notre justice à se corriger graduellement. Nous ferons recours à elle dans tous les cas de figure et c’est à travers cela qu’elle sera amenée à se corriger et à s’améliorer. Nous n’avons pas d’autres recours que celle-là », déclare Chérif Bah sur africa Guinée. « Si nous n’avons pas d’autres solutions, bien-sûr il y a d’autres recours qui pourront exister mais à l’étape actuelle nous sommes en Guinée avec notre justice », prévient l’UFDG.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.