Stratégie nationale sur la diversité biologique : 235 884 180 USD requis

Mettre en place une Stratégie Nationale sur la diversité biologique pour la mise en œuvre du Plan Stratégique 2011-2020 et des objectifs d’AICHI. La Guinée y pense déjà.

En effet, la semaine dernière, la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a présenté la stratégie dans sa diversité des écosystèmes et biologiques tout en déclinant les services que la Diversité Biologique fournit à l’homme, dont entre autres, la production de denrées alimentaires, la fertilisation des sols, la régulation du climat, le stockage du carbone, la fourniture de matériaux de construction et d’art, la chasse, la pêche, le commerce d’animaux vivants et des plantes pour la décoration.

Le constat qui se dégage actuellement est qu’il y a une perte énorme de la diversité biologique sur le plan mondial. C’est un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a fait la révélation. C’est ainsi qu’une décision a été prise pour réaffirmer la nécessité d’une action internationale concertée pour protéger la diversité biologique de la planète, en adoptant en 1993 une Convention Internationale sur la Diversité Biologique.

La Guinée a participé selon la ministre de l’Environnement, à toutes les phases d’élaboration de la Convention. Elle a signé la Convention en juin 1992 et l’a ratifiée le 7 mai 1993. De son côté, le gouvernement guinéen avait déjà adopté sa première stratégie nationale sur la diversité biologique et son plan d’actions en 2001, suivi de l’adoption en 2010 d’un plan stratégique mondial assorti de 20 objectifs appelés objectifs d’Aichi, sur financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et l’appui technique du PNUD.

Cette stratégie couvre une période de 10 ans (2016-2025) et son plan d’actions couvre 5 ans (2016-2020) avec un budget estimé à 235 884 180 $US.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.