Sylla Futurelec: un politicien-amuseur qui ne se décide pas

C’est lui-même l’artisan de son propre malheur avec Alpha. Il a sans cesse promis de rompre son deal depuis qu’il a perdu la présidence de l’Assemblée nationale, la vice-présidence, etc. Mais le président de l’UDG annonce et révèle. Puis, rien. Il devient de fait, un politicien-amuseur qui ne se décide point. Ce qui revient le reste de son deal, c’est une histoire de sous, contractés on ne sait trop comment. Récemment, l’homme de Dixinn Bora annonçait qu’il rompait avec Alpha au profit d’un autre parti dont le nom n’a pas été révélé. Même si certains le verrait à l’UFDG.

« Le président nous disait que Sidya et Kassory Fofana sont de mauvaises personnes et qu’il ne fallait pas s’en approcher. Mais ironie de l’histoire, tous les deux travaillent avec Alpha Condé. Ce qui est grave, il te dit de mauvaises choses au sujet de quelqu’un et après tu le vois avec cette personne. »

Cette déclaration est aussi celle de Mamadou Sylla ajoutant que «Toutes les fois qu’il y a eu une sorte de rupture dans notre amitié, je n’ai jamais été fautif. En guise d’exemple, après les élections de 2010, il n’y a avait aucun contact téléphonique au moins pendant six mois, avant qu’il ne se rétracte. Autre chose, je suis tombé malade pendant quatre mois, il ne m’a jamais appelé, et quand c’est moi qui tente de l’appeler, il ne décroche jamais. Un autre cas, c’est quand j’ai donné un bureau au député uninominal de Boké qui est Alpha Boké, je sais ce qu’il a fait. Il est passé par tous les moyens pour retirer ce bureau à ce monsieur qui appartenait au parti de Sidya Touré qui était de l’opposition. »

Au niveau de l’entre-deux-tours le deal entre Mamadou Sylla et Alpha était connu : donne-moi l’argent pour financer la campagne, puis, une fois élu, je t’aide à récupérer tes sous d’Air Guinée. Extrait : « Je n’étais pas d’accord avec Alpha Condé. Je ne le connaissais pas avant. Par après, dans l’entre-deux-tours, quand il est venu chez moi, je lui ai dit ceci. Je l’appelais n’tara (ndlr, grand-frère en soussou) et lui nkhounya (ndlr, jeune frère). Ce jour-là, puisqu’on avait fait la campagne ensemble, je lui ai dit : ‘’tu sais très bien que mon problème d’argent-là est pendant’’. Il m’a demandé ce qu’il faut. Je lui ai dit ceci : ‘’il faut que tu m’aides pour que l’argent-là soit payé’’. Séance tenante, il a dit :’’ dès que je suis président de la République, après la formation du gouvernement, je paie ton argent’’. J’ai compris tout de suite que ce sont des promesses électoralistes. C’est ce qu’il m’a dit. Entre Dieu et moi. Lui-même le sait. Donc, aujourd’hui, je suis très surpris qu’on dise que je suis cité dans l’affaire Air Guinée », regrette Mamadou Sylla déjà en mal de légitimité au sein du RPG arc-en-ciel qui lui refusé d’être président du Parlement, encore mois de commission.

Autant de fois que Mamadou Sylla vivra, autant de fois Alpha le roulera dans la farine. C’est une Palissade. Qu’il se décide enfin. Vraiment enfin, au lieu de nous rebattre les oreilles.

Jeanne FOFANA, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.